Chronique – Mia London

Je dois vous présenter la célèbre détective Mia London!

Elle a justement besoin de vous pour résoudre une nouvelle affaire. L’affaire des 625 fripouilles! En effet, une seule de ces fripouilles a commis un méfait et c’est grâce à votre aide qu’elle pourra résoudre cette affaire!

Mia London et l’affaire des 625 fripouilles
!
Auteurs: Antoine Bauza et Corentin Lebrat;
Éditeur: Scorpion Masqué;
Distributeur: Îlo307;
Nombre de joueurs: 2 à 4 joueurs;
Durée: 10 minutes;

À partir de: 5+;
Thématique : des monstres (fripouilles);
Mécanique : jeu de mémoire et de déduction.

C’est quoi le but?

Il faut identifier le fripon parmi les 625 suspects et l’arrêter. Il faut observer les différents indices afin de former le portrait du facétieux filou!

Lors de chaque début de partie, il faut prendre une carte de chacune des 4 piles d’accessoires (chapeaux, lunettes, moustaches et nœuds papillon) et les remettre dans la boîte. Ce sera la fripouille recherchée qu’il vous faudra identifier durant la partie.

Le but du jeu est donc d’identifier le coupable dans cette formidable enquête qui va se dérouler en 4 tours de jeu.

Comment on joue?

La partie va se jouer en 4 phases d’identification pour les 4 différents accessoires (le chapeau, les lunettes, la moustache et le noeud papillon).

C’est le chef enquêteur qui sera le responsable des cartes accessoires.

1- Le chapeau

Il va devoir prendre la première pile de 9 cartes chapeaux et les faire défiler aux autres joueurs tout en jouant en même temps son tour.

Il y a 5 accessoires différents et chaque accessoire a 2 cartes qui lui correspondent. Si vous voyez 2x le même accessoire défiler devant vous, ceci veut dire que ce n’est pas l’accessoire recherché. Vous serez donc en mesure d’identifier l’accessoire recherché puisqu’il ne sera présent qu’une seule fois lors du défilé.

Pour se faire, le chef va former 4 piles. Il va retourner en premier les 4 premières cartes en les posant de gauche à droite, de façon à ce que tous puissent bien voir l’accessoire.

Il compte environ 2 secondes entre chaque carte révélée. Puis il va poser les 4 cartes suivantes sur les 4 premières (en les recouvrant complètement), toujours de gauche à droite.

Finalement, il va poser la dernière carte sur sa première pile (à gauche).

Une fois terminés, tous les joueurs vont maintenant ouvrir leur carnet et sélectionner le chapeau de la fripouille recherchée en refermant le rabat de gauche pour enregistrer sa réponse.

Tous les joueurs vont refermer leurs carnets et le chef va procéder à la prochaine identification du prochain accessoire.

2- Les lunettes!

Le chef va prendre la pile des cartes lunettes, mais il fera que 3 piles de cartes. Le tour se déroule de la même manière que le premier tour.

Lorsque les joueurs ont identifié le chapeau de la fripouille recherchée, on va ensuite passer à la 3e phase d’identification du jeu.

3- La moustache

Le chef va prendre la pile des cartes moustaches, mais il fera que 2 piles de cartes. Le tour se déroule de la même manière que le premier tour.

Lorsque les joueurs ont identifié la moustache de la fripouille recherchée, on va ensuite passer à la 4e et dernière phase d’identification du jeu.

4- Le nœud papillon

Cette fois, le chef va prendre la pile des cartes nœuds papillon, mais il faudra faire travailler son sens de l’observation très fort puisqu’il va faire 1 seule pile de cartes. Le tour se déroule de la même manière que le premier tour.

Lorsque les joueurs ont identifié le nœud papillon de la fripouille recherchée, on va ensuite passer à la phase de fin de la partie. On en en effet révéler l’identité de la fripouille recherchée!

OK, et le jeu se termine quand?

Lorsque la 4e phase d’identification est terminée, il sera grand temps de révéler la fripouille recherchée.

Chaque joueur ouvre son carnet et révèle la fripouille qu’il pense être celle recherchée. Le chef enquêteur sort de la boîte les 4 cartes accessoires de la fripouille en prenant bien soin de révéler en premier le chapeau, puis les lunettes, la moustache et le nœud papillon. Le joueur laisse le temps à chaque joueur de vérifier sa réponse.

Le joueur qui a identifié correctement le plus grand nombre d’accessoires remporte cette enquête!

Ce que j’en pense?

J’ai beaucoup aimé cette adaptation simple et facile du jeu Cluedo à la manière d’un portrait-robot.

Un beau petit jeu de mémoire et d’observation pour initier les touts petits de 5 ans et plus à ce type de jeux. Bien qu’il est mentionné à partir de 5 ans sur la boîte de jeu, sachez que Mia London est accessible pour les plus petits de 4 ans. Ma fille a pu jouer plusieurs parties et elle s’amusait beaucoup. Je dois avouer qu’elle ne trouvait pas toutes les réponses, mais elle s’amusait et c’est ce qui compte le plus. Elle était contente de pouvoir participer a un jeu avec toute la famille!

Oui, il s’agit d’un autre jeu de mémoire, mais je trouve que le jeu est présenté d’une manière très originale. On combine également la déduction à la mémoire et je trouve que les mécaniques fonctionnent très bien ensemble. J’aime particulièrement le matériel du jeu et surtout les carnets. Un gros wow, la qualité et l’originalité sont au rendez-vous.

Mia est les fripouilles sont attachants et très bien illustrés. Vous allez même pouvoir redécouvrir la belle Mia dans le prochain jeu du Scorpion Masqué: Zombie Teenz.

C’est une fois de plus un jeu très accessible, facile à expliquer et très intuitif. Les parties sont rapides, très très fluides et elles se déroulent dans une bonne ambiance. Il faut compter en moyenne 10 minutes ou moins pour jouer une partie. Inutile de vous dire que les enfants veulent en faire une autre et encore une autre puisqu’ils adorent ce jeu.

Mia London offre une thématique qui fonctionne très bien auprès des enfants. Ils vont se laisser prêter au jeu de petits enquêteurs et ils vont avoir beaucoup de plaisir à identifier la fameuse fripouille. Plusieurs rires garantis lors de la révélation du fripon en fin de partie. Les accessoires sont rigolos et ils ont tous une allure amusante!

L’interaction est indirecte dans Mia London, chacun gère son petit carnet et reste bien concentré afin de bien identifié les 4 accessoires. Le chef est sans aucun doute celui qui fait interagir indirectement les joueurs et je ne conseille pas cette tâche aux tout-petits. Ils doivent bien se concentrer (surtout lors de la première partie). Ce n’est pas évident de bien faire défiler les cartes dans un délai de 2 secondes tout en les mémorisant. Cette tâche pourrait convenir aux joueurs plus aguerris et je trouve même qu’il s’agit d’une bonne manière d’équilibrer le niveau de difficulté auprès de la fratrie de différents âges.

Je vous suggère de discuter des fripouilles entres vous lors de votre fin de partie, de voir qui a eu raison, qui a eu tord et de regarder les cartes que les petits ont manquées pour qu’ils puissent voir ce qu’ils ont confondu. Ce volet discussion ajoutera une bonne dose d’interaction au jeu et chez nous, ce moment est très plaisant et rigolo.

Par contre, la déduction pourrait être difficile pour des enfants de moins de 5 ans, gardez en tête qu’ils vont jouer pour s’amuser et qu’ils risquent de ne pas avoir toutes les bonnes réponses. J’aurais aimé voir un mode de jeu pour les plus petits (pour bien présenter ce jeu).

En revanche, connaissant très bien les jeux du Scorpion Masqué, je dois vous avouer que Mia London est la parfaite suite logique de la Chasse aux Monstres. En effet, le jeu de la Chasse aux Monstres est aussi un jeu de mémoire destiné pour les enfants de 3 ans et plus (vous pouvez lire la chronique ici). Il est donc très clair que lorsque vous avez terminé de faire le tour de ce premier jeu que vous pouvez passer à ce nouvel univers qui permet de combiner les habiletés de mémoire et de déduction.

Le jeu se joue aussi bien à 2 qu’à 3 ou à 4 joueurs. Selon moi, le jeu pourrait très bien être joué à plus de 4 joueurs, vous pouvez tenter l’expérience si vous avez 2 jeux.

Mia London va donc convenir parfaitement aux enfants de 4 à 7 ans et je trouve que le jeu offre une bonne re jouabilité. Les 4 cartes sont prises au hasard dans les piles, ce qui permet d’obtenir plusieurs combinaisons de fripouilles différentes. En revanche, le principe du jeu ne changera jamais, il pourrait alors devenir trop facile pour des enfants qui sont habitués d’y jouer ou qui ont dépassé l’âge de 7 ans. Toutefois, je vous assure que vos enfants vont vouloir jouer et rejouer à ce jeu et même enchaîner quelques parties.

Je vous suggère aussi de faire vos règles maison afin d’adapter le jeu pour les moins de 5 ans et même de modifier le nombre de piles de cartes lors des 4 étapes d’identification des accessoires pour augmenter le niveau de difficulté si nécessaire.

D’un point de vue éducatif, le jeu est idéal pour une utilisation dans un milieu scolaire ou de garderie. Vous pouvez travailler en petit groupe de 4 la mémoire, l’observation et la déduction. Vous pouvez aussi intégrer ce thème dans vos activités d’arts plastiques en faisant créer aux enfants sa propre fripouille. Vous pouvez assurément intégrer des volets de discussions et d’analyses dans votre semaine portant sur cette thématique.

Mia London
et l’affaire des 625 fripouilles ! est parfait puisque vous pouvez le sortir en toutes circonstances. Que ce soit avant le repas, avant le dodo, après les devoirs, durant une après-midi ou une soirée de jeux en famille, sa durée et sa simplicité font de lui, un parfait petit jeu d’observation, de mémoire et de déduction.

On aime :
– la boîte de jeu et les illustrations qui sont jolies;
– les règles courtes et faciles à expliquer;
– la re jouabilité (il y a 625 fripouilles possibles);
– le matériel de qualité, on adore le carnet;
– la thématique est très intéressante;

– jeu de mémoire et de déduction original et efficace;
– une bonne ambiance;
– les fripouilles sont amusantes;

– jeu très accessible et intuitif;
– parties courtes et rapides parfait pour les jeunes familles;
– la manière de présenter un jeu de type Cluedo simplifié en utilisant le portraits robots.

On aime moins :
– une variante pour initier les plus petits au jeu;

– des variantes permettant d’augmenter le niveau de difficulté;
– le peu d’interaction;
– certains joueurs plus aguerris pourraient trouver que le jeu est trop simple après quelques parties.

8.5/10

Merci à notre partenaire Îlo307 de nous avoir offert une copie de ce jeu pour cette chronique.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X