Galérapagos et son extension!, avis et chronique du jeu

C’était un tout petit bateau, sur l’eau du pacifique. Dans un pays où il fait chaud sous le ciel des tropiques. Soudain le vent se lève au large, un orage imprévu. Sans le secours de l’équipage, ils étaient perdus. Sur le bord d’une île inconnu, ils se sont retrouvés. Y’a Gilligan, le capitaine, le millionnaire, son épouse, la jolie star et leurs amis sur l’île de Gilligan Galérapagos!

Galérapagos et son extension
Auteur: Laurence et Philippe Gamelin;
Illustrateur : Jonathan Aucomte;
Éditeur: Gigamic;
Distributeur: Randolph;
Nombre de joueurs: 3 à 12 joueurs;
Durée: 20 minutes;

À partir de: 10+;
Thématique : jeu d’ambiance, semi-coopératif, de bluff et de négociation;
Mécanique : jeu d’élimination, de take that, de votes et de set collection.

C’est quoi le but?

Après le naufrage de leur bateau, un groupe de survivants se retrouve sur une île déserte. Le cadre est paradisiaque, mais la vie est difficile. Pour survivre, il faut construire ensemble un grand radeau avant l’arrivée prochaine de l’ouragan. À la fin de la partie, le ou les joueurs qui parviennent à quitter l’île à temps gagnent, à moins que personne n’ait survécu bien sûr !

Comment on joue?

Il faut savoir que dans un tour de jeu, il est permis de discuter, de négocier et même de menacer. Il faut aussi savoir qu’aucune promesse n’a obligation d’être tenue dans Galérapagos!

Chaque tour de jeu comportera 5 phases d’actions : Changement du premier joueur, tirage de la carte météo, action des joueurs, survie des naufragés et la fin du tour.

1- Changement du premier joueur : La carte premier joueur passe au joueur situé à la droite du premier joueur.

2- Tirer la carte météo : Le premier joueur retourne la première carte météo de la pile et fait ce que la carte mentionne. On va ajouter ou non de l’eau sur le compteur de vivres du plateau.

3- Action des joueurs : À tour de rôle, chaque joueur choisit d’effectuer l’une de ces 4 actions.

– Collecter de l’eau : En fonction de la carte météo, un joueur pourra récolter de l’eau et déplacer le pion eau du nombre indiqué sur le compteur de vivre.

– Pêcher du poisson : Piger une boule dans le sac et déplacer le pion nourriture du nombre de poissons indiqué sur la boule.

– Collecter du bois et construire le radeau : après avoir avancé, le disque bois d’une case, le joueur peut piger une ou plusieurs boules dans le sac.

– Si la boule noire n’apparaît pas, avancer d’autant d’étapes que de boules blanches piochées;
– Si le disque atteint l’étape 6, alors félicitations, vous venez de construire un radeau;
– si vous avez pigé la boule noire, alors vous venez d’être mordu par un serpent et vous êtes maintenant malade…

Malade?

Oui, vous pouvez tomber malade après avoir été mordu par un serpent ou bien en ayant consommé de l’eau croupie ou du poisson pourri. Lorsque vous êtes malade, vous devez prendre une carte état du naufragé et la placer face serpent visible devant vous.

Vous ne pourrez pas :
– voter à la fin du tour (mais pourrez être sacrifié);
– ne pourrez faire aucune action ni jouer aucune carte au tour suivant (mais pourrez voter au tour de jeu suivant).

Si vous deviez être sacrifié dans un vote contre vous, vous pourriez jouer une carte eau ou nourriture pour survivre.

– Fouiller l’épave : pigez une carte épave et ajoutez-la à votre main (les cartes sont importantes et peuvent être jouées en tout temps durant la partie). Les cartes sont défaussées après utilisation sauf pour les cartes à effet permanent. Il y en a 4 types :

– Les cartes à effets permanents : hache, gourde, canne à pêche, gourdin, boule de cristal, etc. Il suffit de placer les cartes faces visibles devant vous et elles peuvent servir à chaque tour.

– Il y a des cartes ressources : eau ou nourriture qui peuvent être jouées pour le bien de la communauté pour ajouter des points au compteur de vivres.

-Il y a des cartes spéciales : anti venin, poupée vaudou et autres qui permettent d’effectuer une action spécifique comme se soigner d’une morsure de serpent.

– Puisque vous êtes sur une île, il y a même des cartes avec des objets inutiles: Hé oui, c’est bien connu qu’en vacances personne n’apporte jamais rien d’utile avec lui.

Une fois les actions de tous les joueurs terminés, on devra faire la phase de survie des naufragés : Il faut reculer le pion eau d’un nombre égal au nombre de survivants. S’il n’y a pas assez de rations d’eau, il faudra procéder aux votes. Ensuite, il faut aussi reculer le pion nourriture d’un nombre égal au nombre de survivants. S’il n’y a pas assez de rations de nourriture, il faudra précéder aux votes. Après avoir procédé aux votes éventuels et réajusté les compteurs en fonction des rations utilisées, les joueurs survivants entament un nouveau tour.

La carte du premier joueur passe à la droite du joueur qui la détient, ou on procède à la fin de partie.

Tu as bien dit voter?

Bien sûr! Les votes sont nécessaires en cas de pénurie d’eau ou de nourriture (ou si les joueurs doivent quitter l’île, mais n’ont pas assez de place sur le radeau). Le premier joueur du tour compte jusqu’à 3 et tous les joueurs votent simultanément contre un autre joueur en le désignant du doigt. Celui qui recueille le plus de votes contre lui est sacrifié.

Je n’ai rien à dire si je suis sacrifié?

Vous avez le droit de vous défendre et de débattre, mais c’est toujours le premier joueur qui décide quand mettre fin au débat. Dans un cas de vote pour une pénurie, le joueur désigné peut jouer une carte de la ressource manquante pour sauver sa peau. Le sacrifié peut aussi se défendre en tirant sur un autre joueur (il faut avoir la carte revolver et une balle pour charger le revolver). Cruel, mais efficace puisque le but est d’avoir une bouche de moins à nourrir.

On peut donc mourir ?

Oui! À la suite d’une pénurie, les naufragés désignés par un vote meurent de soif ou de faim.

C’est tout?

Un naufragé peut être sauvé par un autre joueur qui peut lui offrir une ration d’eau ou de nourriture.

Lorsque vous mourrez, vous allez placer devant vous une carte état du naufragé, sur le côté tombe visible. Les cartes que vous aviez en main seront mélangées puis réparties aléatoirement entre les joueurs.

OK, et le jeu se termine quand?

La partie peut prendre fin de 3 manières : soit vous avez réussi à quitter l’île, soit l’ouragan est arrivé ou bien vous vous retrouvez dans une situation d’hécatombe.

Quitter l’île : à la fin de n’importe quel tour, tous les joueurs survivants peuvent embarquer sur le radeau et quitter l’île s’ils respectent les conditions.

L’ouragan est arrivé : dès que la carte est révélée, alors le radeau doit quitter l’île à la fin du tour en respectant les conditions nécessaires. Ceux qui vont y parvenir remporteront la partie.

Hécatombe : Tous les joueurs meurent de soif ou de faim à la fin d’un tour, alors la partie est perdue.

C’est un jeu cruel d’ambiance!

Oui! Ce sera le chaos complet au cours de chacune de vos parties, mais vous allez vraiment rigoler! Le jeu de base offre de pimenter vos parties en jouant en mode tournois avec 2 options : naufragés solidaires ou bien naufragé solitaire. Les deux modes doivent se jouer avec un nombre de parties fixes, mais les 2 modes ajoutent une touche différente.

Naufragés solidaires : seuls les naufragés embarqués sur le radeau marquent des points. Ils marquent autant de points que de joueurs rescapés. À la fin du nombre de parties fixé, le joueur totalisant le plus de points gagne.

Naufragé solitaire : Le but est ici de survivre avec le minimum de compagnons, voire même d’être le seul à embarquer sur le radeau. Dans ce cas, le nombre de points marqués par les survivants décroît avec le nombre de joueurs survivants.

Sinon, il y a la variante de la voix des morts : dans cette variante, les esprits des morts de l’île sont consultés pour les grandes décisions. Les joueurs éliminés prennent part à tous les votes, mais ne peuvent évidemment plus être désignés.

Personnellement, depuis la sortie de l’extension Tribu et Personnages en 2019, mon expérience de jeu a complètement changé et je ne jouerais plus jamais sans cette extension. Vous n’êtes plus les seuls désormais sur l’île et plusieurs événements vont s’abattre sur vous.

L’extension Tribu et Personnages contient :
-30 cartes événements;
– 20 cartes objet;
– 20 cartes personnage.

Que des cartes?

Oui, mais les cartes viennent carrément modifier votre expérience de jeu! Les cartes sont séparées en 3 modules. Vous pouvez seulement en ajouter un au jeu de base, en ajouter 2 ou carrément ajouter la totale.

Module 1 – Les cartes objets : Il y a 20 cartes objet, dont 14 avec de nouveaux effets. Il faut mélanger les cartes avec les cartes objets du jeu de base. Ces nouvelles cartes s’utilisent exactement de la même manière que dans le jeu de base.

Module 2 – Les cartes personnages : Au fur et à mesure de leur aventure, les naufragés se découvrent des talents, des passions ou des rôles dans la communauté, pour le meilleur et pour le pire ! On en donnera une au hasard à chaque joueur et les joueurs vont devoir poser leur carte personnage du côté face visible devant eux. Chaque personnage donne un pouvoir (que ce soit un bonus ou un malus) et le pouvoir peut être permanent ou ne s’appliquer qu’une fois dans la partie selon les cartes.
Module 3 – Les cartes événements : C’est mon module favori! Les naufragés ne sont pas au bout de leur peine puisqu’ils découvrent qu’ils ne sont pas les seuls naufragés sur l’île et qu’ils y étaient même avant eux.

Est-ce qu’ils seront avec vous ou contre vous?

Les cartes événements sont divisées en trois niveaux. Il faut bien séparer les cartes en fonction des niveaux puisqu’il faut créer le paquet d’événements qui sera utilisé durant la partie. Lors de chaque début de tour (avant de retourner la prochaine carte météo), le premier joueur retourne la 1re carte événement du paquet. Cet événement doit être résolu immédiatement avant de pouvoir continuer le tour et les joueurs peuvent discuter entre eux pour trouver une solution.

Les cartes peuvent introduire des événements bénéfiques, neutres ou négatifs et elles vont parfois vous demander de faire des choix.

Ce que j’en pense du jeu de base et de son extension?

L’extension est nécessaire pour venir ajouter une expérience de jeu plus complète et pour offrir une importante re jouabilité à ce jeu d’ambiance. Le jeu sera plus long, mais l’expérience est incontournable et justifie même son achat.

Tibu et personnages est une extension est que l’on peut ajouter partiellement ou en totalité. On peut y ajouter que les objets, jouer qu’avec les personnages ou bien avec les événements.

Avec les objets : on vient renouveler l’épave et déstabiliser la certitude de certains objets.

Avec les personnages : on vient donner sortir les joueurs de la routine en leur donnant un rôle, des bonus, des malus de manière sympathiques.

Avec les événements : C’est le module que je préfère et qui me fait dire wow! Les cartes événements influencent et changent vraiment le jeu que l’on connait de base. Les événements sont parfois bons, parfois mauvais ou demandent au premier joueur de faire des choix. Le seul négatif est que ce module ajoute plus de hasard aléatoire et plus de chaos. Chose certaine, ce module d’événement viendra vous faire perdre le contrôle. Les joueurs aimant planifier et tout calculer, n’aimeront pas ce nouveau module. On va tout de même se le dire, ce type de joueur ne jouait déjà pas avec la version de base de ce jeu.

J’adore tout simplement l’extension. Une grande extension qui tient dans une toute petite boîte et à un tout petit prix. Si vous aimez vraiment votre jeu de Galérapagos, je vous conseille fortement de l’ajouter surtout si vous recherchez une expérience de jeu beaucoup plus immersive.

Ce que je pense de Galérapagos ?

J’aimais déjà le jeu de base pour son ambiance déjantée et rigolote. Parfois, il y a des alliances entre les joueurs, parfois des complots et plusieurs retournements de situation. C’est un jeu que l’on apprécie un peu plus chaque fois puisque lors des premières parties, on essaye de jouer tous ensemble pour que tout le monde remporte la partie. Après quelques parties et après avoir pris conscience qu’on ne peut pas sauver tout le monde, on se permet de jouer le tout pour le tout et de provoquer plusieurs situations. C’est un jeu à prendre avec légèreté et surtout avec humour puisque si vous êtes le type de joueur à prendre tout au premier degré ou à ne pas aimer le chaos, Galérapagos n’est pas un jeu pour vous.

C’est un jeu qui s’installe rapidement et qui s’explique aussi rapidement. Il est facile à prendre en main et les parties sont toujours fluides et différentes. J’aime bien les jeux proposant le chaos comme Fluxx et Custom Heroes, donc j’étais le public cible pour le jeu de Galérapagos. Évidemment, le jeu ne convient pas à tout le monde, mais il peut se sortir en toute circonstance. Soit à l’apéro, entre 2 jeux ou en fin de soirée. C’est un jeu d’ambiance que vous allez apprécier à plusieurs et je parle ici de 4 joueurs et plus. Mes parties les plus mémorables ont été jouées avec 8 joueurs et ce n’était pas nécessairement avec des amis de longue date. Une chose demeure, je sélectionne mes joueurs pour jouer à ce jeu.

J’aime le matériel et les illustrations cartoon du jeu. Le matériel est vraiment quelque chose que j’ai remarqué. Tout est pensé pour être ergonomique et réutilisable. Le système des boules qui vont servir pour 2 types d’actions dans le sac de jute et l’épave en 3D pour poser les cartes est super. Je dois dire que j’aurais aimé un sac en jute plus opaque puisque si vous levez le sac pour piger, vous allez tout de suite voir à quel endroit se situe la boule noire.

Bref, si vous recherchez un jeu d’ambiance original, immersif, proposant beaucoup d’interactions entre les joueurs, mais qui provoquent plusieurs revirements de situations et surtout le chaos, alors Galérapagos est pour vous.

On aime :
– les règles claires et faciles à expliquer;
– la mise en place rapide du jeu;
– les illustrations qui sont vraiment très jolies et colorées;
– la thématique;
– l’immersion du jeu, c’est un jeu qui est à 100% interactif;
– l’ambiance toujours différente au cours des parties;
– la re jouabilité surtout avec les modes tournois;
– le matériel de qualité et une mention spéciale pour l’usage multiples des boules dans le sac en jute et l’épave en 3D pour placer les cartes;
– les parties sont rapides et vraiment captivantes;
– jouer avec son groupe d’amis de longue date;
– l’originalité du jeu;
– le jeu se joue très bien de 4 à 10 joueurs;
– la tension ressentie au cours de la partie;
– le mélange de coopération et de confrontation;
– le renouvellement complet de l’expérience grâce à l’extension.

On aime moins :
– jouer à 3 joueurs (pas de plaisir) et à plus de 10 joueurs (le chaos complet s’installe);
– le jeu n’est pas accessible à tous, il faut cibler son type de joueurs et éviter de jouer avec ceux qui n’aiment pas les coups bas, le contrôle et tout calculer;
– si vous n’aimez pas le genre semi-coopératif, le jeu pourrait vous déplaire;
– le sac de jute, on peut très bien voir la boule noire si on lève le sac de la table, il aurait pu être plus opaque;
– la phase de vote qui peut mener à un sacrifice.

Une note de 9/10 pour l’extension Tribu et Personnages
Une note de 8/10 pour le jeu de base Galérapagos
Une note globale de 8.5/10 pour le jeu Galérapagos et son extension combinés.


Merci à notre partenaire le Randolph de nous avoir offert une copie de l’extension pour cette chronique.














Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X