Cóatl, avis et chronique du jeu

Est-ce que vous aimeriez être le nouveau Grand Prêtre aztèque ? Je vous invite à vous présenter à ce prestigieux poste! Au cours d’un tournoi avec vos adversaires, vous allez devoir façonner des sculptures complexes et élégantes de Cóatl.

Vous savez, les Cóatls sont de beaux serpents à plumes issus de la culture aztèque! Tout ce qui compte c’est le prestige!

Croyez-vous être capable de parvenir à réaliser les plus beaux et les plus prestigieux Cóatls?

Cóatl
Auteurs: Pascale Brassard et Étienne Dubois-Roy;

Illustratrice: SillyJellie;
Éditeur: Synapses Games;
Distributeur: Asmodee Canada;
Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: 60 minutes;
À partir de: 10+;
Thématique : Cóatl (serpents à plumes), univers des Aztèques;
Mécanique : set collection, gestion de main, construction de modèle et contrats.


C’est quoi le but?

Les joueurs s’affrontent pour marquer le plus de points de prestige en créant un maximum de 3 Cóatls. À la fin de la partie, le joueur ayant le plus de prestige est déclaré vainqueur.

Comment on joue?

En commençant par le premier joueur, et en procédant en sens horaire, chaque joueur choisit une des actions suivantes à réaliser à son tour: prendre des pièces de Cóatl, choisir des cartes prophétie ou assembler son Cóatl.

1. Prendre des pièces de Cóatl :

Choisissez une case du plateau réserve contenant soit: 1 tête, 1 queue ou 2 segments de corps et ajoutez son contenu à votre plateau de joueur.  Vous devez avoir la place nécessaire sur votre plateau pour réaliser cette action (le plateau peut contenir 8 pièces).

Le plateau réserve sera réapprovisionné s’il n’y a plus de segments de corps sur le plateau ou s’il n’y a plus de têtes ET de queues sur le plateau. À ce moment, toutes les sections du plateau seront réapprovisionnées en prenant les pièces correspondantes au hasard dans les différents sacs.

2. Choisir des cartes prophétie :

Vous pouvez choisir de prendre une ou plusieurs cartes prophétie de la réserve ou directement de la pioche pour les ajouter à votre main. Vous ne pouvez pas avoir plus de cinq cartes en main.

Attention de ne pas rester coincé avec des cartes que vous n’êtes pas en mesure de réaliser! En effet, vous ne pouvez pas défausser vos cartes (à moins d’utiliser votre jeton sacrifice qui permet de voir le futur). 

La réserve des cartes prophéties est réapprovisionnée à la fin du tour d’un joueur et contient toujours 6 cartes placées face visible.

C’est quoi une carte prophétie?

Ce sont des cartes de conditions qui mentionnent ce que votre serpent à plumes doit contenir pour marquer des points une fois ce dernier complété. Le but étant d’assembler votre Cóatl pour créer la meilleure configuration possible et gagner un nombre maximal de points de prestige.

La carte mentionne le nombre de points de prestige en fonction du niveau d’exigence.
Exemple : exigence rencontrée une fois = 1 point; exigence rencontré deux fois = 3 points.

Elle mentionne les couleurs et l’enchaînement des pièces pour respecter la séquence.
Exemple : Rouge et bleu une à la suite de l’autre.

Certaines cartes prophétie permettent de satisfaire plusieurs fois ses exigences. Si c’est le cas, un Cóatl marque des points de prestige en fonction du nombre de fois où il satisfait à ces exigences, jusqu’au maximum indiqué. Chaque pièce d’un serpent ne peut être utilisée qu’une seule fois pour satisfaire à une même carte Prophétie. Cependant, ces mêmes pièces peuvent être utilisées pour satisfaire à différentes cartes prophétie.

Important : Les segments représentés dans les conditions requises d’une carte peuvent être satisfaits par n’importe quel type de pièce, y compris une tête ou une queue.

3. Assembler son Cóatl :

C’est avec cette action que vous allez utiliser vos pièces pour :
– créer de nouveau Cóatls;
– continuer un Cóatl existant;
– réaliser une carte prophétie.


Il y a des règles à respecter pour assembler un Cóatl :
– vous pouvez posséder au maximum deux serpents incomplets devant vous;
– pour compléter un Cóatl, vous devez assembler une tête, une queue et au moins un segment de corps (3 pièces de base);
– vous devez réaliser de une à quatre cartes prophétie pour compléter un serpent;
– vous ne pouvez pas utiliser deux cartes prophétie identiques pour un même Cóatl;
– lorsque vos pièces sont placées, elles ne peuvent pas être déplacées ou retirées;
– vous n’êtes pas obligé de prendre toutes les pièces de votre plateau ni d’attendre que votre plateau soit rempli en entier pour placer vos pièces sur vos Cóatls.

Que se passe-t-il lorsque j’ai terminé un Cóatl?

Vous devez absolument avoir une carte prophétie pour terminer votre serpent. Donc, si vous n’aviez pas encore jumelé une ou plusieurs cartes à votre Cóatl, c’est le moment de le faire! Une fois le serpent achevé, vous pouvez juxtaposer jusqu’à un maximum de quatre cartes prophéties à votre serpent. Vous pouvez également joindre l’une des cartes temple (venant soit de la pile commune ou de votre main) à ce serpent. Vous allez ensuite compter les points de votre Cóatl et annoncer aux autres joueurs sa valeur.

Une fois le décompte des points terminé, vous allez retourner, face cachée, toutes les cartes remplies pour ce serpent.

Deux conditions: 1) le nombre de pièces bleues est au même nombre que les jaunes; 2) le serpent compte 12 pièces, tête et queue comprises. Remplissez une de ces deux conditions pour inscrire 3 points et si vous avez les deux conditions, inscrivez 7 points.

C’est quoi une carte temple?

Les cartes temple sont des objectifs qui permettent d’obtenir des points supplémentaires lorsque vous terminez un serpent à plumes! Vous recevrez une carte en début de partie, que vous garderez face cachée, et il y aura toujours 2 piles face visible sur la table, permettant deux choix supplémentaires lorsqu’un Cóatl est complété. Pour annexer une carte temple à côté d’un serpent, vous devez remplir au moins une condition d’une des cartes communes ou de votre main.

C’est tout?

Presque! Tous les joueurs commencent la partie avec trois jetons sacrifice. Au début d’un de vos tours, vous pouvez défausser un jeton sacrifice et effectuer l’action bonus correspondante. Cela tient lieu de l’action de votre tour.

Le choix parfait : Dans le sac correspondant, prenez au choix une tête, une queue ou deux segments de corps, et de la couleur que vous désirez. Ajoutez cette/ces pièce(s) à votre plateau de joueur, puis remplissez toutes les cases vides du plateau Réserve.

Voir le futur : Défaussez toutes les cartes prophétie de la réserve, puis réapprovisionnez la réserve. Défaussez un certain nombre de cartes de votre main, puis réalisez l’action « Choisir des cartes Prophétie ».

Engagement des prêtres : Prenez une des cartes temple communes face visible et ajoutez-la à votre main. Cette carte étant maintenant dans votre main, vous seul pourrez la réaliser.

OK, et le jeu se termine quand?

Les joueurs jouent chacun leur tour, en sens horaire, jusqu’à ce que l’un des événements suivants déclenche la fin de la partie :

1- Un joueur termine son troisième Cóatl (tous les autres joueurs joueront un dernier tour);
2- Il ne reste aucun segment de corps dans la réserve, ni sur le plateau ni dans le sac (continuez à jouer jusqu’à ce que le dernier joueur dans l’ordre du tour ait terminé son tour).


Il faut ensuite retirer les pièces qui demeurent sur le plateau réserve et le retourner pour comptabiliser les points sur la piste de score. À l’aide d’une pièce sacrifice de sa couleur, chaque joueur calcule la valeur de ses Cóatls terminés et fait avancer son jeton sur la piste de score.

Le joueur qui a marqué le plus de points de prestige reçoit le titre de Grand Prêtre aztèque et remporte la partie!  

Ce que j’en pense?

Je suis vraiment très contente du résultat final. J’ai pu voir l’évolution du jeu depuis qu’il était à l’état de prototype jusqu’au produit final.

Je dois absolument mentionner tout le travail de production réalisé pour arriver à offrir un jeu d’une aussi bonne qualité. La boîte est la première chose que l’on remarque. Elle est magnifique, colorée et vraiment invitante! Une œuvre d’art!

Lorsqu’on ouvre la boîte, on découvre toute la qualité qui y est cachée. Les pièces sont vraiment très chouettes. Les couleurs, une fois de plus, sont magnifiques (elles doivent cependant déranger certains daltoniens). Les pièces sont agréables à toucher et vous n’aurez aucune difficulté à les insérer les unes dans les autres. Elles sont rangées dans des sacs vraiment dignes de mention. Le tissus fait réellement penser à ceux que l’on retrouve dans la culture aztèque.

Ne sont-ils pas époustouflants?

Les illustrations sont vraiment jolies et vous allez le constater en regardant chacune des cartes… que l’on redécouvre à chacune des parties! Une autre chose fantastique, c’est l’iconographie sur les cartes. Elles sont claires et faciles à comprendre. J’aime que les icônes sur les cartes et que les indications d’enchaînement soient présentes sur deux des rebords des cartes: une sur le long tranchant et une autre sur le court. Il fallait y penser et cela simplifie énormément la manipulation!

Quant aux règles, elles sont claires et simples à saisir. Cependant, je me demande toujours pour quelle raison il faut comptabiliser deux fois chaque serpent durant la partie. Quelle en est la pertinence et l’utilité? Plus je joue, plus je me rends compte que ce n’est pas du tout utile: d’une part, l’information n’est notée nulle part et d’autre part, personne ne s’en soucie réellement. À quoi bon savoir le nombre de points d’un joueur si on ne peut y accéder en tout temps?

Calculer deux fois chaque serpent allonge la durée du jeu et peut même devenir un irritant pour certains joueurs. Pour ma part, j’ai créé une feuille de score maison et nous calculons directement chaque Cóatl une seule fois durant la partie.

Peut-être aurait-il été préférable que la piste de score soit intégrée du même côté que la réserve du plateau ou de faire deux plateaux séparés?

L’autre petit détail qui irrite concerne la piste de score elle-même. Bien que le plateau soit pensé pour recréer le look d’une vieille table solaire aztèque, il n’est pas vraiment utile. Il est trop chargé en couleurs, les chiffres ne sont pas assez contrastés et ils ne sont pas alignés. Je trouve que les pions utilisés pour marquer le score sont trop gros et qu’ils rendent difficile la comptabilisation des points. J’ai ajouté quatre petits cubes de couleurs pour faciliter cette étape avant de finir par décider à me faire une feuille de score maison. Malgré tout, ceci ne change rien à mon appréciation du jeu!

Je trouve que Cóatl est un très bon jeu de set collection original. Il se démarque vraiment par sa qualité de production et par le souci du détail au niveau de sa thématique qui est bien intégrée. En effet, je trouve que tous les éléments du jeu sont vraiment jolis et qu’ils ont bien été choisis. Pour ma part, je ressens assez bien la thématique malgré que Cóatl soit un jeu de type abstrait. En revanche, puisqu’il s’agit d’un jeu abstrait, je vous confirme que vous allez oublier la thématique en cours de partie… surtout si vous n’y portez pas attention comme moi j’ai dû le faire en jouant et en analysant le jeu.

Nous sommes en présence d’un jeu très accessible. Les choix d’actions étant limités à trois, la compréhension du jeu en est facilité. Il est aussi facile à expliquer et somme toute assez agréable à prendre en main. Les parties sont fluides. Cóatl permet ainsi de rejoindre un public familial et de difficulté moyenne. Il n’y a pas vraiment de temps mort entre les tours des joueurs… à moins de jouer avec un joueur de type “analysis paralysis”. Vous pourriez alors trouver le temps long puisqu’il faut tout de même bien réfléchir pour attribuer une bonne combinaison de cartes prophéties à chacun des serpents. Il faut aussi tenter de prendre les bonnes pièces de Cóatl pour optimiser l’ensemble de nos points potentiels.

De la réflexion, il y en a beaucoup au menu dans ce jeu. Il faut bien observer ce que font les autres, bien utiliser ses jetons sacrifices et réfléchir à sa stratégie pour qu’elle soit la plus optimale possible.

J’ai trouvé que l’ambiance était bien différente en fonction du nombre de joueurs. Pour une ambiance agréable et axée sur la réflexion, le jeu est très plaisant à 2 joueurs. Les parties sont plus relaxes et il est également plus facile de planifier ses tours et ainsi contrer le hasard.

Pour une ambiance un peu plus compétitive et axée sur l’optimisation et la stratégie, le jeu est optimal à 3 joueurs. Vous pouvez davantage ressentir l’enjeu de la course tout en gardant une part de contrôle sur le hasard et la planification de vos tours.

En revanche, c’est une ambiance de course plus chaotique, très axée sur la replanification de vos actions et le changement multiple de stratégies que propose le jeu à 4 joueurs. En effet, à 4 joueurs, vous allez ressentir énormément la course et l’instabilité puisqu’il faut constamment analyser les nombreux changements. Tout au long de la partie, le hasard est beaucoup plus présent et la variance des disponibilités de pièces et de cartes est constante. Vous vivez donc dans une ambiance de survie en tentant d’attraper les pièces restantes sur le plateau de la réserve pour constituer vos serpents du mieux que vous le pourrez… ou, pour être plus juste, au moins pire! C’est l’effet GPS: vous devrez toujours “recalculer votre itinéraire” puisqu’il devient difficile de gérer le choix des pièces. Bref, pour ma part, je préfère jouer à Cóatl à 2 ou 3 joueurs.


Le jeu offre une ambiance plutôt froide car les joueurs se concentrent essentiellement sur leurs stratégies et leurs serpents. L’interaction est aussi faible. Elle réside dans la prise de pièces de la réserve et dans l’analyse de ce que font les autres joueurs. Cela permet éventuellement de bloquer les autres en choisissant pour soi les cartes prophéties dont ils semblent avoir besoin. Ou encore en prenant les morceaux de Cóatl de la réserve pour tenter de les ralentir dans leur progression. Pour ma part, j’aime beaucoup ce type d’interaction dans un jeu abstrait. Ce point pourrait déplaire à un certain type de joueur, en particulier ceux qui n’aiment pas voir leur stratégie être sabotée.

J’ai mentionné que le jeu est familial, mais je dois avertir qu’il est impensable de jouer avec des enfants de moins de 10 ans. La raison? Le degré d’analyse assez important et la replanification constante durant la partie demandent une intelligence temporelle peu développée avant cet âge. C’est dommage puisque la thématique et son look très coloré attirent énormément les enfants. J’aurais aimé trouver dans les règles un mode pour que les enfants plus jeunes puissent y jouer. Mon fils de 7 ans est obnubilé par ce jeu et son désir de jouer m’a fait réfléchir à une manière de lui permettre de le faire.

Vous pouvez tenter l’expérience avec des plus jeunes en apportant quelques changements :
– retirer les 3 jetons sacrifice de la partie;
– jouer avec 6 cartes de prophétie fixes (sans en prendre au hasard dans la pioche);
– retirer du paquet
les cartes prophétie plus difficiles;
– construire 2 Cóatls seulement
durant la partie.

Au final, Cóatl est très attirant, il offre une bonne rejouabilité et il provoque assurément une envie de jouer… et d’y rejouer régulièrement!

Je n’ai pas expérimenté personnellement la variante solo. Cependant, il est évident que l’automa A.D.A.M. fait très bien le travail, qu’il permet d’intensifier la difficulté au cours de chaque partie et qu’il offre diverses conditions pour bien moduler le jeu.

Bref, si vous recherchez un très bon jeu de set collection à la fois original, attirant, accessible, fluide et offrant une qualité de production remarquable, alors Cóatl est le jeu qu’il vous faut!

Je suis personnellement très fière qu’un jeu québécois puisse atteindre le niveau international et que le monde entier ait la chance de découvrir cette petite merveille. Pour ma part, il est très clair que ce jeu va accomplir de grandes choses dans le monde ludique. Gageons qu’il va remporter plusieurs prix, distinctions et récompenses en plus de celle qu’il a déjà remportée avant même son édition!

On aime :
– Les règles claires et bien illustrées en exemples;
– Le matériel qui est d’une excellente qualité;
Les pièces de
Cóatl qui sont agréables à manipuler;
Les sacs en tissus de type aztèque;
– Les illustrations qui sont magnifiques;
– L’effet de la course pour terminer son 3e Cóatls en premier;
– Le jeu qui est accessible à tous (il y a peu d’actions à réaliser durant un tour de jeu);
– L’iconographie facile à comprendre sur les cartes (wow!);
– La stratégie et la réflexion que demandent le jeu pour maximiser les 3
Cóatls;
Les parties sont fluides;
– La rejouabilité;
– Les mécaniques qui sont bien balancées;
Le mode solo avec l’automa A.D.A.M.;
La tension au niveau de l’interaction afin de nuire aux autres joueurs;
Les détails au niveau de la thématique et le respect de celle-ci, nous savons très bien que nous sommes en train de construire un serpent à plumes;
– Le rapport qualité prix en fonction de la qualité du matériel.

On aime moins :
– La thématique que certains joueurs ne vont pas ressentir durant la partie;
– Ne pas être en mesure de planifier ses tours d’avance et de devoir toujours recalculer l’itinéraire lors d’une partie (surtout à 4 joueurs);
– Devoir calculer deux fois chaque Cóatl durant la partie.

On aurait aimé :
Calculer les points au cours de la partie sans devoir attendre la fin de la partie pour le faire;

– Que la piste de score soit mieux planifié afin d’être utile et non pour procurer un look aztèque trop chargé.

Il est à noter que:
– Les personnes vivant avec une difficulté de perception des couleurs pourraient avoir de la difficulté – voir une impossibilité de jouer;
– Le jeu pourrait ne pas convenir aux joueurs allergiques au hasard (plus ressentie à 4 joueurs);
– Le temps de la partie pourrait considérablement se rallonger avec un joueur qui prends trop de temps à réfléchir puisque le jeu demande déjà énormément de réflexion.

Une note de 8.5/10 en raison des irritants.
Mais une note global de 9.5/10 sans les irritants.

Merci à notre partenaire Synapses Games de nous avoir offert une copie du jeu Cóatl pour cette chronique.

Vous avez envie de découvrir d’autres jeux de Synapses Games, alors nous vous proposons le jeu Incubation












2 Commentaires sur “Cóatl, avis et chronique du jeu

  1. Francis Gadoury says:

    Lorsque je lis la critique de ce jeu, je constate que la personne qui l’a écrite est probablement mordue de ce jeu. Lorsque l’on prend la peine de transformer les irritants pour continuer à jouer, et même à imaginer quelques adaptations de règles pour y faire participer toute sa famille, c’est qu’on a vraiment envie d’y jouer et d’y rejouer. Tu me donnes envie de me le procurer. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X