Chronique – Coraline: Beware the Other Mother

Coraline avait un besoin criant de l’attention de ses parents, or ils étaient trop occupés par leurs emplois. C’est pour cette raison que l’autre mère, Beldam, a mis en place son petit jeu: Offrir à Coraline toute l’attention qu’elle désirait pour la piéger et la garder avec elle pour l’éternité…

Mais Coraline n’entend pas abandonner, elle propose un jeu à l’autre mère. Cette dernière trichera forcément, mais elle ne refusera pas.

Après tout, elle a cette fibre pour les jeux!

Titre : Coraline, Beware the Other Mother;

Auteur: Andrew Parks;
Éditeur: WizKids;

Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: 30 minutes;
À partir de: 14 +;
Thématiques : le film de Coraline;
Mécaniques : jeu de cartes coopératif et de gestion de main.

C’est quoi le but?

Coraline, Beware the Other Mother est un jeu de cartes coopératif pour 1 à 4 joueurs. Les joueurs vont jouer le rôle des enfants fantômes et vont devoir aider Coraline et ses parents à se libérer des griffes de Beldam. Tous ensemble, ils vont devoir aider Coraline à trouver le passe-partout (skeleton key), les yeux des enfants fantômes et la boule de neige qui retient ses parents prisonniers pour remporter la partie.

Comment on joue?

Dans un premier temps, il faut faire la mise en place du jeu selon le guide de jeu et chaque joueur choisit un jeton bouton.

Ensuite, il faut distribuer un nombre de cartes à chaque joueur, ce nombre varie selon le nombre de participants, soit 6 pour une partie solo, 5 pour une partie en duo, 4 pour 3 joueurs et 3 pour 4 joueurs. Chaque joueur regarde ses propres cartes, même s’ils doivent travailler en équipe et discuter de stratégie librement, en aucun cas ils ne peuvent se montrer leur main respective.

La partie se joue en plusieurs tours et chaque tour est constituée de 4 phases.

1- La phase histoire : Le joueur ne peut choisir de faire qu’une action parmi les choix suivants :

– jouer 1 carte histoire et performer l’action écrite sur la carte;
– défausser 1 carte pour bouger Coraline d’une pièce (Coraline ne peut pas bouger diagonalement);
– défausser 1 carte pour prendre un objet (préalablement révélé) dans la pièce où se trouve Coraline;
– passer / échanger une carte de sa main avec la pige histoire de Coraline.

2- La phase de pige : Le joueur pige la première carte de la pige histoire de Coraline jusqu’à ce qu’il retrouve le total de carte de sa main d’origine.

3- La phase de Beldam : le joueur révèle la première carte de la pige histoire de Beldam et suit les instructions inscrites sur la carte.

4- La phase de boutons : le joueur retourne son bouton sur la face noir et blanche afin de terminer son tour.

OK, et le jeu se termine quand?

Le jeu prend fin et vous allez gagner ou perdre la partie.

Vous gagnez la partie:
– si les joueurs se retrouvent dans le salon (living room) en possession des 5 objets suivants dans sa sacoche : les 3 yeux des fantômes, le passe-partout (Skeleton Key) et la boule de neige (snow globe);
– si vous avez répondu aux critères, un joueur doit pouvoir jouer la carte finale de victoire pour s’enfuir de Beldam.

Vous perdez la partie:
– si la carte numéro 6 lune est révélée;
– s’il n’y a plus de carte histoire de Coraline;
– s’il n’y a plus de carte histoire de Beldam.

C’est tout?

Il y a la présence d’un mode solo. Dans ce mode, le joueur doit tout de même aider Coraline à vaincre Beldam à son jeu, toutefois, il n’utilise pas le bouton et saute la phase de bouton.

Ce que j’en pense?

Ayant beaucoup aimé l’univers de Coraline, je suis agréablement surpris par ce jeu. Je peux dire sans difficulté que l’essence de l’histoire du film est respectée en tout point dans ce jeu. La thématique de coopération est bien utilisée puisque si l’on veut terminer le jeu, il faut savoir travailler en équipe et planifier des stratégies.

Toutefois, l’autre mère n’entend pas vous laisser gagner facilement. L’utilisation des cartes est primordiale et parfois un brin difficile, car malgré la stratégie, Beldam arrive souvent à vous empêcher de réaliser vos plans. C’est un jeu qui peut sembler niais par ses dessins enfantins, mais qui en sommes est plutôt difficile. Il faut bien regarder l’âge sur la boite. En effet, je pensais personnellement que c’était un jeu pour enfant et pourtant il n’en est aucunement!

Sur le point du matériel, les personnages sont superbes, les cartes des différentes pièces représentent bien les décors du film, le matériel est en carton épais et sera durable dans le temps. Toutefois, le plateau de jeu en papier est un point négatif, j’aurais préféré avoir une planche de jeu plus solide, puisque la feuille peut se déchirer facilement. Comme souligné plus tôt, la boîte du jeu montre un dessin de Coraline avec l’autre mère, cela représente très bien l’univers dans lequel le jeu tente de nous lancer.

Par contre, les apparences sont parfois trompeuses, puisque Coraline est une histoire pour 8 à 14 ans et que le jeu en soit est pour les 14 ans et plus. Les spécificités du jeu sont écrites en minuscule sur le côté de la boite.

De plus, malheureusement pour certaines personnes, pour y jouer il faut savoir se débrouiller en anglais puisque le jeu est seulement disponible dans la langue de Shakespeare et qu’il y a beaucoup de texte sur les cartes.

Parlons de la mécanique de jeu: le jeu est rapide en soi, on gagne ou on perd. Il n’y a pas de justes milieux!

La difficulté est élevée, puisqu’il y a énormément de critères à respecter pour gagner la partie. Il ne faut pas seulement avoir les 5 objets dans son sac, mais que Coraline soit dans le salon et que Beldam soit hors de ce dernier.

Il peut parfois être difficile de remplir toutes les conditions puisque l’autre mère est souvent sur les talons de Coraline durant la partie.

Toutefois, la gestion de main et des cartes est facile et les tours de jeu sont plaisants à jouer.

Coraline est un jeu coopératif, alors le côté interactif est mis de l’avant. Aucun joueur ne sera mis de côté, puisque tous devront travailler en commun pour aider Coraline à sortir de cet enfer. Comme les joueurs ne peuvent pas montrer leurs cartes entre eux, il faut discuter et délibérer sur les actions à faire pour faire avancer Coraline. Le jeu offre une ambiance plutôt tendue puisque les paquets de cartes s’écoulent rapidement!

Ayant fait quelques parties à plusieurs et tester le mode solo, je trouve le mode solo plus facile puisque nous sommes seuls à planifier notre stratégie et que nous ne devons pas débattre avec les autres joueurs.

Bref, si vous recherchez un jeu de cartes coopératif vous permettant de jouer dans l’univers de Coraline, alors Coraline: Beware the Other Mother! est le jeu qu’il vous faut.

On aime :
–  la boîte de jeu nous donne immédiatement envie de jouer;
–  le matériel est très joli et de qualité;
–  les règles sont claires et bien rédigées;
–  une bonne re jouabilité;
–  l’interaction est constante et obligatoire pour la prise de décisions;
–  le mode solo est très bien fait;
– l’ambiance tendue et plaisante;
– le jeu est fluide, le rythme est rapide;
–  la thématique du film est respectée et intéressante;
– un bon jeu coop de gestion de main rapide.

On aime moins :
–  la planche de jeu qui est en papier;
–  le niveau de difficulté pour un jeu qui pourrait être pour un public familial;
– les cartes d’actions sont peu variées.

On aurait aimé:
–  avoir un vrai plateau de jeu;
–  avoir une version française de ce jeu;
– quelques variantes pour doser les niveaux de difficulté et une meilleure re jouabilité.

8/10

Merci à WizKids de nous avoir offert une copie du jeu pour cette chronique.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X