Nouvelle France, avis et chronique de jeu

“Dans la blanche cérémonie où la neige au vent se marie, dans ce pays de poudrerie mon père a fait bâtir maison… Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver!” Voilà ce que chantait Gilles Vigneault, un de nos grands auteur québécois. Cette chanson aurait très bien pu être écrite quelques siècles auparavant, à l’époque où notre bout de continent portait le nom de Nouvelle France. C’est aussi le nom d’un jeu de construction et de course contre l’hiver proposé par un créateur et un éditeur 100% québécois!

Nouvelle France
Auteur: Jacques-Dominique Landry;
Illustrateur: Jacques-Dominique Landry;
Éditeur: Jackbro;
Distributeur: Jackbro;
Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: 45 à 60 minutes;
À partir de: 10+;
Thématique : Histoire du Canada, colonie, construction, conditions climatiques;
Mécanique : placement de tuiles 3D, pige de cartes, objectifs, course contre la montre.

C’est quoi le but?

Dans Nouvelle France, les joueurs incarnent des ingénieurs de chantiers du début du 17è siècle. Fraîchement débarqués au bord des rives du St-Laurent, affrontant la rudesse du climat hivernal, ils doivent œuvrer à la construction des principaux bâtiments de la colonie avant que la neige ne rende impossible les travaux. En disposant des pièces aux formes variées et en trois dimensions, sous la supervisions de colons et soutenus par divers alliés, le joueur qui arrive à inscrire un maximum de points avant l’arrivée de la troisième neige recevra le titre convoité d’ingénieur du Roy. Il deviendra par la même occasion le responsable de l’ensemble des chantiers dans le nouveau continent!

Comment on joue?

Il y a d’abord la mise en place du jeu. Bien que celle-ci soit relativement simple, elle demande toutefois un certain temps en raison du nombre de pièces à disposer et elle requiert également un espace de jeu plutôt important.

La forme originale du plateau de jeu a de quoi attirer l’œil…
et les illustrations sont tout simplement magnifiques!

On place d’abord la piste de pointage au centre de la table, on y dispose autour les trois tuiles de bâtiments à construire avec le personnage en charge de surveiller le chantier et pour chacun des ouvrages, on associe au hasard un des bâtonnets indicateurs des valeurs d’étage.

Les pièces de construction sont disposées en marge du jeu de manière à être visibles par tous et classées selon leur type. Des cartes illustrant chacune d’elle sont placées devant et constituent la bande d’identification. Puis, selon une méthode propre, on constitue la pioche avec les cartes représentant les pièces de construction et les flocons de neige.

À chaque pièce de jeux correspond une carte.
Trois cartes illustrant un flocon de neige s’ajoutent à la pioche.

De la pioche, on tire les deux premières cartes et on les place sur les illustrations qui leur correspondent dans la bande d’identification. Finalement, chacun des joueurs reçoit ses trois jetons alliés, ses trois pièces de construction bonus et son marqueur de pointage, selon sa couleur.

Chaque tour de joueur se déroule en quatre étapes.
1- On commence par prendre une carte de la pioche et on la dispose sur la bande d’identification.
2- Parmi les trois cartes visibles de la bande d’identification, on en choisit une avec une des pièces restantes qui lui correspond. On place cette dernière sur un des trois ouvrages en construction. Certaines règles de placements s’appliquent.


3- On procède au décompte des points. À partir de la pièce jouée, on compte un point pour chaque cube de sa couleur qui constitue une séquence ininterrompue.
4- Finalement, on défausse la carte et c’est le tour de jeu du joueur suivant.

*Notez qu’il est possible de remplacer les deux premières étapes de son tour de jeu en plaçant directement sa pièce de construction bonus. Ces pièces sont au nombre de trois: la poutre, le pieu et la cheville de bois. La première pièce doit être jouée avant l’apparition de la neige; la seconde pièce bonus doit être placée entre la première et la deuxième bordée de neige et la troisième pièce ne peut être placée qu’après la deuxième chute de neige. Autrement, ces pièces sont défaussées et ne peuvent plus être placées.

Les autres manières d’inscrire des points:

La neige: lorsque survient une bordée de neige, et seulement à ce moment, on calcule le nombre de cubes de sa couleur qui se situe au même niveau que la neige pour chacune des constructions. Ensuite on applique un effet sur ce décompte en fonction du bâtonnet indicateur de valeur d’étage qui est associé au bâtiment:
° le « + » marquez un point en plus par cube
° le « » marquez un point en moins par cube
° le « 2 » marquez deux points en plus par cube

– Achever un ouvrage: le joueur qui place une pièce qui permet de couvrir complètement les dalles représentées sur un bâtiment lorsqu’on regarde de haut reçoit le personnage et les points bonus qui sont associés à ce bâtiment.

En regardant par le haut, on constate que toutes les dalles du moulin ne sont plus visibles.

Les jetons alliés: offrent trois possibilités. Les jetons premières nations permettent au joueur qui l’active de regarder les trois premières cartes de la pioche et de les disposer dans l’ordre de son choix. Le jeton coureur des bois donne la capacité de marquer des points pendant le tour d’un autre joueur. Le jeton fille du roy permet de doubler ses propres points. Ces jetons sont réactivés entre chaque neige.


Les pièces de construction bonus: présentées plus haut, elles permettent à un joueur de marquer des points rapidement et efficacement;
Voler le tour d’un autre joueur: dans le cas où un joueur déclarerait impossible de placer l’une des trois types de pièces offertes par la bande d’identification, les autres joueurs peuvent tenter de placer ladite pièce. Si un joueur y arrive, il prend ainsi les points et marque ainsi la fin du tour du joueur dont c’était le tour. Autrement, la carte est défaussée et le joueur en pioche une nouvelle.

C’est tout?

Nouvelle France offre une expérience de jeu qui s’adapte aisément à plusieurs niveaux de joueurs. Avec la version simplifiée, les joueurs plus jeunes ou les joueurs moins habitués à ce type de jeu pourront s’y mettre. Les règles proposent un assouplissement modéré des règles, mais il est possible de simplifier davantage, par exemple en évitant l’utilisation des bâtonnets indicateurs de valeurs d’étages.

En collaboration avec Martin Montreuil de La Société des Jeux, le créateur de Nouvelle France, Jacques-Dominique Landry, propose une version solo, disponible en téléchargement gratuit sur le site web de l’éditeur Jackbro.

C’est une course contre la montre qui propose de toutes nouvelles règles ainsi que des défis propres à la version solo.

Des jetons de pointage spécifiques au mode solo viennent s’ajouter à la base des personnages.

Le créateur de Nouvelle France est également enseignant. Sans doute est-ce dû à son soucis d’éducateur qu’un ajout pour les écoles est également disponible en téléchargement. Disons-le clairement, cet outil pédagogique personnalisable n’est pas une manière d’enseigner la matière, mais plutôt une proposition agréable de réviser “en classe des notions apprises en univers social sur cette période de l’histoire”. Somme toute, il s’agit d’ajouter des questions de révision pouvant donner des points au moment de la pose des pièces de construction bonus (poutre, pieu, cheville). De plus, le joueur ayant le plus de bonnes réponses en fin de partie se verra récompensé par le personnage de l’ursuline (12 points), soulignant ainsi l’apport de cette congrégation religieuse comme premières enseignantes en Nouvelle France.

Un jeton de pointage conçu pour s’insérer à la base du personnage de l’ursuline complète le matériel pour le mode de jeu en milieu scolaire.

Trame sonore

Finalement, l’ensemble musical La Bourgade, composé de Marie-Noëlle Harvey, Laura Laberge, Sylvain Laberge et Pierre Chartray ont été sollicités pour proposer une expérience musicale complémentaire au jeu.

Disponible en téléchargement sur demande auprès de l’éditeur, les huit pièces musicales permettent un immersion d’une quarantaine de minutes, soit pratiquement la durée d’une partie.

Un court extrait de la pièce “Le Visiteur”

OK, et le jeu se termine quand?

Dès lorsque la troisième carte flocon arrive en jeu, on procède au dernier calcul des points et cela met immédiatement un terme à la partie.

Le neige est impitoyable sur les chantiers… dommage pour les joueurs qui auront eu un tour en moins!

Victoire du joueur blanc 111 à 108 dans une configuration à deux joueurs.

Ce que j’en pense?

L’expérience de jeu apportée par Nouvelle France est très agréable. D’abord, parce que ce jeu est magnifique dans son matériel, mais aussi et surtout grâce à sa capacité d’adaptation immense. Il permet autant à des jeunes enfants de prendre plaisir à y joueur qu’à des joueurs de hauts niveaux. Si le livret propose quelques adaptions légères pour un mode simplifié, il est encore possible de simplifier davantage. Ainsi, on a un jeu qui peut se jouer dès l’âge de sept ans si on ne conserve que les règles de placements sans aucun bonus ni jetons alliés. L’enfant prenant en maturité et en expérience, on ajoute alors certains éléments et points de règles jusqu’à ce qu’on arrive au jeu complet. Pour les plus téméraires, on peut ajouter les objectifs et défis du mode solo. Ainsi, on obtient un jeu qui grandit avec l’enfant… et qui permet, une fois les plus petits au lit, d’avoir un excellent jeu pour les plus grands! Le prix du jeu – qui n’est pas à négliger! – se voit ainsi absorbé par les nombreuses années où il sera utilisé.

D’ailleurs, cette possible évolution du jeu dans un cadre familial favorise de nombreux aspects liés au développement de l’enfant:
la motricité fine dans la manipulation et le placement des pièces;
la structure de pensée et la capacité de faire des liens lors du positionnement des couleurs les unes contre les autres;
la projection tridimensionnelle et l’intelligence spatiale;
la capacité à additionner, soustraire et multiplier;
la projection dans le temps et la planification introduite par les réglettes de pointage propres aux étages des différentes structures;
l’organisation et la planification stratégique;
et, non sans une pointe d’humour, l’empathie lorsque l’enfant remporte la partie contre son parent!

Au regard de la fluidité, Nouvelle France se joue très bien. Les règles sont suffisamment simples pour que les tours de jeu s’enchaînent sans grande longueur. À certains moments plus stratégiques, certains joueurs prendront un peu plus de temps pour évaluer leurs options sans que cela n’ajoute de lourdeur. Notons que le temps de jeu estimé entre 45 et 60 minutes est réaliste dans la mesure où on ne comptabilise pas le temps nécessaire au placement initial et au rangement. Car, il faut l’admettre, Nouvelle France est un jeu imposant côté matériel. Il prend beaucoup de place sur la table de jeu et on doit prévoir un bon 10 à 15 minutes pour préparer et ranger le jeu.

Ce temps investit à placer le jeu vaut toutefois l’investissement! En effet, Nouvelle France est un jeu qui offre une belle rejouabilité, une accessibilité modulable et des interactions à la hauteur de ce que les joueurs voudront bien en faire. L’ambiance autour du jeu permet une musique agréable, quelques bons échanges fraternels… mais demande également des moments de concentration plus soutenus.

En effet, d’un point de vue stratégique, nous sommes gâtés avec Nouvelle France. S’il y a un aspect hasard lié à la pige des cartes, cet aspect n’est que secondaire et n’a que très peu d’influence sur l’écart de points. À mon sens, les réglettes de bonus/malus sont l’outil du jeu qui offre le plus haut potentiel stratégique et interactif. Il suffit de faire une partie avec et une partie sans pour se rendre compte du degré de complexité stratégique et de planification que celles-ci introduisent. On peut alors entrer dans une véritable mécanique de take that en choisissant occasionnellement de placer des pièces non pour l’apport en point qu’elle donne au joueur actif, mais pour réduire les points d’un adversaire trop en avance. Et si on se met à deux ou trois joueurs sur le leader… ça peut faire de gros dégâts!

Dans cette configuration, toutes les pièces au-dessus de la neige vaudront un point en moins!

Autre élément stratégique capital: il ne faut surtout pas hésiter à utiliser les jetons alliés rapidement. Rappelons-nous que ces derniers redeviennent actifs lors des chutes de neige. Les avantages qu’ils procurent sont loin d’être négligeables. Dans un grand nombre de parties l’écart entre le premier et le second joueur était souvent de cinq points ou moins… ce qui donne de belles sensations dans la course final! Les coureurs des bois et autre fille du roy étaient souvent l’élément qui faisaient la différence au final. De plus, joués à des moments-clés, les représentants des premières nations peuvent procurer un réel avantage. Ils permettent notamment de repousser ou de devancer la tombée de la neige et, en certaines circonstances, de créer une réelle pression sur les autres joueurs, les obligeants parfois à jouer plus sécuritairement… mais perdant au passage quelques points!

Un élément qui revient de temps en temps dans les commentaires de fin de partie est l’avantage conféré au premier joueur… ou, pour être plus juste, le désavantage rattaché au dernier joueur! Cela peut créer une petite frustration de fin de partie chez certaines personnes! En effet, la condition de fin de partie peut offrir un avantage à certains joueurs puisque, selon à qui est rendu le tour de jeu lors de la dernière bordée de neige, on peut avoir joué un tour en plus ou un tour en moins. Selon le placement des pièces, cela peut être parfois assez conséquent. Peut-être un bonus de fin de partie pourrait être concédé pour les joueurs ainsi pénalisés?

Bien que ça ne soit pas spécifié dans les règles, si vous jouez avec des joueurs expérimentés dans les jeux de stratégies et de placement, je suggère d’introduire un aspect diplomatie et négociation. Au moment de faire le choix de la pièce, les autres joueurs pourraient être invités à faire des suggestions. Comme sur un chantier, il arrive qu’une bonne idée vienne d’une autre personne que de l’architecte ou de l’ingénieur. Il ne faut cependant pas avoir peur que les parties soient (beaucoup) plus longues. Si on désire toutefois implanter ce système de dialogue entre les joueurs sans trop augmenter le temps de jeu, un minuteur ou un sablier peut aider.

Parlant sablier… si vous voulez ajouter un élément perturbateur et immersif au jeu, donnez une limite de temps à tous les joueurs. Le jeu devient une véritable course contre la montre. Vous voulez aller plus loin? Retirez 15 secondes au chrono entre chaque bordée de neige. Ainsi, si vous avez 60 secondes pour jouer chacune des pièces de votre premier étage, vous n’en aurez que 45 dans le second et 30 dans la dernière phase de l’hiver. Cette expérience fait ressentir la pression que vivaient les premiers colons de devoir construire leurs bâtiments avant les dures neiges de l’hiver. Vous aurez en main un tout autre jeu… et ceci se fait d’autant plus ressentir dans le mode solo!

Au regard de l’expérience solo, Nouvelle France apporte quelques éléments forts agréables. Jacques-Dominique ne s’est pas contenté de petits ajustements pour forcer un mode solo… il a pris soin d’y réfléchir avec sérieux et de consulter d’autres personnes aguerris à ce type de jeu. Ainsi, tout en respectant la dynamique du jeu, je trouve que le mode solo offre une expérience à part entière, avec ses mécaniques propres. De plus, le scénario solo propose non pas un automate qui imite un autre joueur, mais bien une mécanique qui respecte hautement la thématique de la neige et de l’hiver. Un coup de génie! Les élaborateurs de stratégies comme les amateurs de casse-têtes y trouveront un bon plaisir. Une question demeure toutefois: vu la taille de la boîte, on ne comprend toujours pas pourquoi les quatre minces pages du mode solo ne sont disponibles que par téléchargement via le site web de l’éditeur. Peut-être que la petite note retrouvée en fin de livret en donne la réponse: “N’hésitez pas à nous communiquer vos propres suggestions de défis solo pour bonifier l’expérience ludique de la communauté. Les idées les plus valeureuses pourront se retrouver dans une future mise à jour de ce livret de règles en ligne.”

Avant de conclure, soulignons que Nouvelle France est proposé en deux qualités de matériel: une version dite retail et une autre de type collector. Au vue de la différence de prix entre les deux, je suggère clairement d’investir un peu plus pour la version collector. Le matériel qu’on trouve dans l’édition de collection est en bois, donc beaucoup plus durable, plus stable sur l’aire de jeu, nettement plus agréable à manipuler et surtout moins fragile que sa version plastique/styromousse. Quoi qu’il en soit, les deux offrent une expérience de jeu de haut rendement.

Dans la version collector du jeu, on retrouve des pièces en bois
et une statue du buste de Louis XIV.

Somme toute, Nouvelle France est un bijoux pour les yeux, une pièce de collection! Il est évident que l’auteur et illustrateur connaît son domaine. Jacques-Dominique est designer graphique et ça paraît! Déjà, le livre de règles est magnifique, tant dans le choix de couleurs, des polices de caractères et dans la disposition aérée. On aurait cependant souhaité que le texte soit légèrement plus gros. Les illustrations des pièces de jeu sont superbes et même de leur endos sont soignés et participent à l’aspect immersif. Le jeu est issu du travail de recherche de Jacques-Dominique sur de nombreuses années; il rêvait de ce jeu depuis presque vingt ans! Son processus de création l’a conduit à vivre des rencontres diverses avec des membres de sociétés d’histoire, des acteurs du milieux civils et religieux, des représentants des premières nations, etc. De telle sorte qu’avant même de jouer à Nouvelle France, on est baigné dans une plongée historique stimulante.

Un carton de garde servant à stabiliser le matériel dans la boîte de rangement est illustrée au dos par une reproduction d’une authentique carte de la Nouvelle France,
gracieuseté du fonds d’archives du Séminaire de Québec.

Bref, si vous aimez les jeux à durée raisonnable, au visuel attrayant, à la mécanique bien réfléchie et capable d’évoluer en fonction de votre famille ou de votre cercle de joueurs, alors Nouvelle France est pour vous!

On aime :
– Le look de la boîte et illustrations sont un chef-d’oeuvre en soi;
– Les règles du jeu sont simples, claires et limpides;
– Le matériel de la version collector est parfait;
– La rejouabilité, la facilité d’ajustement et les variantes;
– L’ambiance autour du jeu est facilitée par la trame sonore;
– Un jeu accessible à tous et évolutif;
– L’interaction est présente sans être une mécanique principale;
– La thématique est bien exploitée, particulièrement en mode solo;
– La mécanique est originale et bien balancée;
Le jeu est fluide
;
La vidéo-règle par le créateur sur le site de l’éditeur.

On aime moins :
La fragilité de la neige dans la version retail;

– Le temps d’installation et de rangement peu rebuter;
– La petitesse des caractères dans le livret de règles;
Devoir se rendre sur un site Internet pour télécharger les règles en solo.


Il est à noter que si :
– Vous n’aimez pas être embêté par les autres joueurs, alors il vaut mieux éviter ce jeu;

Ce jeu pourrait être ralentit par un joueur qui chercherait systématiquement à optimiser chacun de ses placements.

8,5/10

Découvrez Jacques-Dominique Landry, créateur de Nouvelle-France et l’éditeur québécois Jackbro dans cet autre article de Meeple Québec: Lancement historique pour Nouvelle France!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X