Cascadia, avis et chronique de jeu

Cascadia est un jeu à base d’assemblage de tuiles et de draft de jetons mettant en scène les habitats et la vie sauvage du Nord Ouest du Pacifique. Au fur et à mesure des tours, les joueurs construisent leur propre zone de terrain et la peuplent avec la faune disponible.

Les joueurs doivent ainsi créer un écosystème diversifié et harmonieux, car chaque espèce possède des préférences de zone, et chaque habitat doit être placé judicieusement pour réduire la fragmentation et compter du mieux possible.

Cascadia
Auteur: Randy Flynn;
Illustratrice: Beth Sobel;
Éditeurs: AEG, Flatout Games et Lucky Duck Games;
Distributeur: Randolph;
Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: 30 à 45 minutes;
À partir de: 10+;
Thématiques : Habitat et vie sauvage;
Mécaniques : Jeu de draft et de placement de tuiles, placement de jetons, objectifs communs et majorités.

C’est quoi le but?

Dans Cascadia, chaque joueur cherche à créer l’écosystème de la côte Pacifique Nord-Ouest le plus diversifié possible, en assemblant un superbe paysage grâce au draft de tuiles Habitat et de jetons Faune. Chaque partie vous propose un défi unique du fait des nombreuses combinaisons de décompte des espèces sauvages. Vous serez également en concurrence pour créer la plus grande zone contigüe de chaque type de paysage. Sachez équilibrer l’agrandissement des habitats et leur peuplement afin de créer l’écosystème le plus harmonieux de toute la Cascadia.

Comment on joue?

Au début de son tour, un joueur a toujours le choix parmi 4 tuiles Habitat et 4 jetons Faune disponibles au milieu de l’aire de jeu. Les tuiles et les jetons sont regroupés en 4 lots composés chacun d’une tuile Habitat et d’un jeton Faune. Avant de choisir son lot, le joueur doit vérifier s’il y a surpopulation : si les 4 jetons Faune sont du même type, ils sont automatiquement écartés, s’il y a 3 jetons Faune du même type, le joueur peut décider d’écarter ces jetons (et uniquement ceux-ci).

Après avoir sélectionné un lot, le joueur doit placer sa tuile Habitat et son jeton Faune dans son environnement. La nouvelle tuile Habitat doit être adjacente à au moins une tuile Habitat déjà placée. Le jeton Faune peut être placé sur une tuile Habitat libre qui contient le symbole Faune correspondant. Ce peut être la tuile récupérée lors de ce tour ou toute autre tuile pouvant l’accueillir.

Si vous placez votre jeton Faune sur une tuile contenant une icone de pomme de pin, prenez alors un jeton Nature. Ces jetons donnerons alors des points bonus au décompte final ou ils pourront être échangés pour modifier les règles de prises de tuiles Habitat et jetons Faune.

Une fois que vous avez placé votre tuile Habitat et votre jeton Faune, complétez les lots disponibles au milieu de l’aire de jeu en révélant une nouvelle tuile Habitat de la pioche et en tirant un nouveau jeton Faune du sac.
Votre tour est terminé, le tour du joueur suivant dans le sens horaire commence.

C’est tout?

Cascadia comporte un mode solo vraiment très simple. Votre tour se déroule comme d’habitude sauf que, en fin de tour, juste avant de compléter les tuiles Habitat et les jetons Faune, vous devez défausser la tuile et le jeton disponibles les plus éloignés de la pioche (les plus à droite). Retirez-les de la partie. Décalez ensuite les tuiles et les jetons restants vers la droite, puis piochez 2 nouvelles tuiles Habitat et 2 nouveaux jetons Faune pour compléter les lots. Il suffit tout simplement de battre son propre score de parties en partie.

Il existe aussi une variante familiale qui consiste en une seule carte Décompte de la Faune comme objectif.  Marquez des points pour chaque groupe d’animaux de la même espèce, en fonction de sa taille. La forme du groupe n’importe pas. Il s’agit d’une version ultra-simplifiée du jeu pour permettre au plus jeune de bien assimiler le jeu. Vient ensuite une variante intermédiaire. Cette carte d’objectif demande simplement de plus grands groupes d’animaux.

Une autre excellente idée apportée par le jeu est Les Succès de Cascadia. Une série de 50 objectifs à réaliser tous plus diversifiés les uns que les autres. On peut par exemple y trouver des scores à atteindre, des scénarios ou encore des règles spéciales.

Il existe aussi une version du jeu gratuit sur internet qui nous guide très bien tant pour l’apprentissage des règles ou pour le décompte des points automatisé.

OK, et le jeu se termine quand?

Une partie de Cascadia s’achève au bout de 20 tours de jeu. Cela correspond au moment où il n’y a plus de tuile Habitat dans la pioche pour remplacer celle qui vient d’être prise. La partie s’arrête immédiatement et les joueurs procèdent au décompte final. Celui qui obtient le plus de points remporte la partie !

Ce que j’en pense?

Cascadia est assurément mon plus gros coup de cœur des derniers mois. Un beau mélange de relaxation et de réflexion.

Si on commence par le look général du jeu, Casacadia n’a rien à envier à d’autres jeux sur le marché. La boîte est très attrayante, le sac en toile pour les jetons est robuste et joli. Les jetons Faunes sont en bois et les dessins d’animaux sont directement imprimés dessus. Ceux-ci sont particulièrement plaisants à piger dans le sac vu leur bonne épaisseur. Pour ce qui est des tuiles Habitats, ils sont d’une très bonne qualité eux aussi. Les cartes objectifs sont d’une bonne grandeur et ont un beau fini. Le bloc pour calculer le pointage final est très apprécié vu la multitude de façons de compter des points.

Les règles sont assez simples. Le livret peut sembler un peu imposant avec ses 15 pages, mais au final, seulement environs 2 pages sont pour les règles à proprement parlé. Le reste du livret est consacré aux variantes et aux suppléments d’informations. Les règles contiennent énormément d’exemples et d’illustrations. J’ai quand même dû les relire après ma première partie pour me rendre compte que j’avais fait plusieurs petits oublis.

La mise en place est vraiment simple et rapide. Il suffit de retirer quelques tuiles selon le nombre de joueurs, de choisir une carte par animal, puis de piger 4 tuiles et 4 jetons. La partie est alors prête à commencer. L’intérieur de la boîte contient une petite division pour les tuiles qui est bien pratique pour accélérer la mise en place, puis on range les jetons directement dans le sac de toile. Donc tout est prêt en permanence.

Casacadia utilise une très simple mécanique de placement de tuiles, mais elle n’est pas si simple qu’elle n’y parait. Puisque chaque tuile est associée à un jeton, on doit bien choisir. Parfois on devra faire des choix déchirants. Choisir une tuile au détriment d’un jeton que l’on ne puisse placer ou plutôt choisir une tuile qui gâchera notre habitat pour avoir l’animal tant convoité ? Le fait qu’il y a 5 objectifs différents par partie vient aussi ajouter une couche de plaisir. Est-ce que l’ont va plutôt choisir de maximiser seulement quelques types d’animaux ou encore tenter de faire un peu de tout ?

Pour ce qui est de la thématique, personnellement je l’adore. Construire le meilleur écosystème, ce n’est pas très commun dans les jeux de société. Je ne connaissant pas cette partie du monde que l’on appelle Cascadia et le complément d’information du livret de règlement est très intéressant. J’ai testé Cascadia à plusieurs reprises déjà, en solo, à 2 et à 3 joueurs. J’ai même fait quelques parties en ligne. Toutes les configurations sont bonnes. Le jeu ne s’allonge pas même si on ajoute des joueurs, car on retire des tuiles au besoin. Ce jeu est vraiment bien si on veut relaxer en fin de soirée sans devoir faire des stratégies à l’infinie. La boîte indique 10 ans et je pense que c’est tout à fait juste. Un enfant plus jeune pourrait avoir de la difficulté à avoir une vision d’ensemble pour assembler son territoire selon les objectifs selon moi.

Bref, si vous aimez les jeux un peu casse-tête avec une re jouabilité sans fin et un magnifique visuel alors Cascadia est pour vous!

On aime :
– Le look de la boîte et des illustrations à l’image de la faune Nord-Américaine;
– Les règles du jeu faciles à lire et à expliquer (très simple à prendre en main);
– Le matériel robuste et plaisant à manipuler;
– La re jouabilité immense grâce aux nombreuses cartes objectifs et aux défis imposés par les succès (vous aurez envie d’enchaîner les parties);
– L’ambiance casse-tête, axée sur la réflexion et l’observation des placements des autres joueurs;
– Un jeu accessible à tous et dynamique (il y a même une variante pour jouer en famille);
– La thématique bien présentée avec une page dans les règles pour expliquer les différents animaux et les différents habitats;
– La mécanique de choix très efficace qui vous permettra de faire travailler vos méninges;
– L’interaction limitée à observer ce que font les autres joueurs et à les bloquer et tenter d’obtenir et de garder les majorités des territoires;
Le jeu est fluide et rapide (mise en place en moins de 5 minutes).

On aime moins :
– L’interaction un peu faible entre les joueurs
;
– Le manque de clarté pour certaines cartes objectifs.


On aurait aimé:
– Un mode expert pour complexifier encore plus le jeu.


Il est à noter que si :
– Vous recherchez de l’interaction, alors il vaut mieux éviter ce jeu, Cascadia se joue un peu chacun dans son coin.

9/10

Merci à nos partenaires Randolph et AEG de nous avoir offert
une copie du jeu pour cette chronique.

Nous vous invitons à découvrir d’autres jeux de cet éditeur,
en lisant notre chronique sur le jeu Calico

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X