Barrage, avis et chronique de jeu

Nous sommes en 1922. Les ressources fossiles commencent à manquer et le monde a besoin d’énergie. Les Alpes françaises regorgent de lacs et rivières qui ne demandent qu’à être exploités. Le jeu Barrage vous amènera dans le monde de la production d’électricité.

Barrage
Auteurs: Tommaso Battista et Simone Luciani;
Illustrateurs: Antonio De Luca, Mauro Alocci et Roman Kuteynikov;
Éditeur: Cranio Creations;
Distributeur: îlo307;
Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: 60 à 120 minutes;
À partir de: 14+;
Thématiques : Construction de barrages hydroélectriques;
Mécaniques : Jeu de placement d’ouvriers, de construction de réseaux et de gestion de ressources.

Mise en place. Photo de l’Éditeur

C’est quoi le but?

Dans Barrage, les joueurs incarnent des PDG de compagnies voulant dominer le marché de la production d’énergie. C’est en construisant des barrages et des centrales hydro-électriques connectés par des conduites d’eau que les joueurs gagneront des points.

Photo de l’éditeur

Comment on joue?
La partie se joue en 5 manches qui sont chacunes divisées en 5 phases.

Phase 1 : Revenus et Sources
L’eau est placée en haut des montagnes selon les indications des tuiles sources. Les joueurs qui ont fait suffisamment de constructions peuvent avoir certains revenus qu’ils peuvent récolter.


Phase 2 : Actions
C’est cette phase qui sera la plus importante, car c’est à ce moment que chacun des joueurs effectuera une action à tour de rôle jusqu’à ce que tout le monde ne puisse plus rien faire. Le principe de base pour faire une action est d’aller placer le nombre requis d’ingénieurs sur l’emplacement de l’action choisie. On peut séparer les actions en 2 catégories : construction et administration.

Pour effectuer une construction, le joueur doit prendre la tuile technologie (représentant la structure à construire) et la mettre dans le secteur ouvert de sa roue de construction. Il doit également y mettre les excavatrices ou les bétonnières requises selon l’endroit de construction désiré. Et ensuite, le joueur tourne la roue d’un secteur. La tuile et les machines seront à nouveau disponibles lorsque la roue aura fait un tour complet. Les joueurs peuvent construire une base de barrage (pour retenir de l’eau), une élévation (pour retenir plus d’eau), une centrale électrique (pour produire de l’énergie) ou une conduite (pour relier un barrage à une centrale).

La Roue de construction. Photo de Meeple QC

Les actions d’administration sont assez variées. La Salle des turbines permet de lancer une production d’énergie en faisant couler l’eau d’un barrage à travers une conduite vers une centrale. La quantité d’énergie produite sera égale au nombre de gouttes d’eau multipliée par la valeur de la conduite. La production d’énergie permettra alors de remplir des contrats et de progresser sur la piste d’Énergie pour aller chercher des points bonus en fin de manche. Ensuite, il y a le Bureau des contrats où les joueurs peuvent aller chercher des contrats, la Banque pour de l’argent, l’Atelier pour des machines et le Bureau des brevets pour des meilleures tuiles technologie. Puis, il y a le contrôle de l’eau. Les joueurs peuvent soit ajouter 2 gouttes d’eau dans les sources ou en ajouter une seule, mais la faire écouler immédiatement.

Phase 3 : Écoulement de l’eau
À cette phase, l’eau va quitter les sources des montagnes et suivre les rivières et les lacs jusqu’à quitter les plaines. Par contre, s’il y a un barrage, l’eau va s’y arrêter jusqu’à que celui-ci soit rempli, le surplus d’eau continuera son chemin et croisera peut-être d’autres barrages.

Phase 4 : Décompte
Chaque joueur reçoit des points et de l’argent en fonction de leur position sur la piste d’Énergie. S’ils sont assez loin, ils peuvent avoir des points en bonus.

Phase 5 : Fin de manche
On change l’ordre de tour en fonction de la position sur la piste d’Énergie (le moins loin devient premier) et on remet les marqueurs à 0. On récupère finalement les ingénieurs.

Fin de partie. Photo de Meeple QC

OK, et le jeu se termine quand?

La partie se termine à la fin de la 5e manche. En plus des points remportés durant la partie, on additionne les points gagnés selon la tuile objectif, pour chaque lot de 5 ressources dans les réserves personnelles et pour chaque goutte d’eau retenue par les barrages. Le joueur ayant accumulé le plus de points remporte la partie!

Photo de l’éditeur

C’est tout?

Il y a un mode “Automa”. Ce module permet d’ajouter des joueurs “fictifs” autant à une partie solo qu’à une partie avec d’autres joueurs “humains”. Les actions de l’Automa seront déterminées par des tuiles à chaque tour. De plus, on peut régler la difficulté de facile à très difficile (4 niveaux de difficulté).

L’extension The Leeghwater Project.
Photo de l’éditeur

Également, il y a une extension nommée “The Leeghwater Project”. Cette extension permet d’ajouter un 5e joueur avec un nouveau plateau et quelques ajouts de tuiles et de directeurs au jeu de base. De plus, 2 nouveaux éléments de jeu s’ajoutent : les travaux externes et les bâtiments personnels. Les travaux consistent à envoyer de manière définitive les machines dans d’autres pays pour aller chercher de gros bonus. Les bâtiments personnels ajouteront quant à eux des actions supplémentaires pour les ingénieurs.

Ce que j’en pense?

Pour commencer, je trouve la thématique de Barrage très intéressante. La construction de barrage électrique n’est pas vraiment une thématique très prisée dans le monde du divertissement contrairement, par exemple, à la thématique viking qu’on peut voir partout (jeux de société, jeux vidéo, films, séries TV, etc.). Donc il est normal de ne pas être attiré à première vue par le jeu Barrage, mais j’ai été agréablement surpris par ce jeu. Tout fonctionne avec la thématique et il serait difficile de changer le thème de ce jeu tout en gardant les mêmes mécaniques de jeu.

La boîte de jeu est assez grosse, même peut-être un peu trop (sauf si vous prévoyez avoir l’extension qui semble bien se ranger dedans). Il n’y a pas de système de rangement, mais avec plusieurs sacs de plastique, cela fait très bien l’affaire.

Jetons personnalisés pour compagnie.
Photo de Meeple QC

Dans son ensemble, le matériel est de très bonne qualité. Toutes les tuiles et les plateaux de joueurs sont en cartons épais. Par contre, les plateaux centraux sont moins épais et plus enclins à se courber et voire peut-être même un peu à décoller. Il faut rester délicat avec les plateaux lors du rangement dans la boîte. Également, la Roue de construction aurait pu être conçue pour être un peu plus fluide lorsque l’on veut faire des rotations, mais c’est un très léger désagrément. Pour ce qui est des pièces, elles sont toutes en bois et j’apprécie particulièrement que pour chacune des compagnies, les conduites, les centrales et les barrages aient tous un design différent (en plus de la couleur). J’aime beaucoup aussi le design des excavatrices et des bétonnières. Le seul hic est que les jetons pour les machines de valeurs 3 et 5 sont de même couleurs, on peut donc parfois se mélanger si on n’a pas les 2 tailles une à côté de l’autre.

Jetons eau, excavatrices, bétonnières et argent. Photo de Meeple QC

Les illustrations représentent bien la thématique de Barrage. Sans y être explicitement dit, il y a les tours électriques de Nikola Tesla qui sont utilisées pour l’énergie (seulement au niveau thématique) d’où les illustrations sur la boite et le grand plateau central. Bien que les illustrations soient bien dessinées, je trouve que les couleurs sont un peu fades et sombres. J’aurais aimé plus de couleurs pour rendre le jeu plus électrisant (pardonnez le jeu de mot)! La typographie et les images nous mettent bien dans une atmosphère des années 1920.

Quant aux règles, je les ai trouvées très bien expliquées. Avant même de montrer la mise en place, les principes importants du jeu y sont expliqués comme le fonctionnement de l’écoulement de l’eau et les différentes zones sur le plateau de jeu. De plus, il y a beaucoup d’exemples suite aux explications. En soi, je ne trouve pas que les règles soient très compliquées à comprendre. La difficulté du jeu réside dans la planification. Il faut être capable de pouvoir penser plusieurs tours à l’avance et changer de stratégie rapidement si un autre joueur nous coupe l’herbe sous le pied. Par exemple, si vous prévoyez aller chercher une excavatrice pour construire un nouveau barrage et qu’un autre joueur vient prendre le dernier emplacement disponible avant vous, eh bien, les 2 tours que vous aviez planifié devront être changés et il vous faudra trouver une façon alternative d’acquérir une excavatrice.

Plateau de joueur en milieu de partie.
Photo de Meeple QC

Le fait que les joueurs soient non seulement en compétition pour les actions disponibles, mais aussi pour les emplacements des constructions amène une bonne ambiance de jeu tendue (positivement). Également, les interactions peuvent être bien intéressantes, surtout lorsqu’un joueur construit des conduites d’eau entre votre barrage et sa centrale. À ce moment-là, si vous voulez produire de l’énergie, vous n’avez pas le choix d’utiliser la conduite de l’autre joueur et de le payer alors que lui se fait également quelques points. Par ailleurs, les joueurs qui possèdent des barrages en amont peuvent contrôler, jusqu’à un certain niveau, l’eau qui est disponible pour les barrages en aval. Il faut bien planifier sa stratégie en fonction de la quantité d’eau disponible et de qui la retient.

La difficulté de ce jeu fait en sorte qu’il n’est pas accessible à tous. Il faut être un joueur aguerri pour bien l’apprécier. C’est un jeu pendant lequel il faut réfléchir et il peut y avoir des moments d’attente entre le tour des joueurs. Mais quand notre stratégie fonctionne, on peut ressentir une petite fierté.

Bref, si vous aimez les jeux de placement d’ouvriers qui font remuer les méninges, alors Barrage est pour vous!

On aime :
– Les illustrations qui sont bien dessinées et représentatives de la thématique;
– Les règles du jeu claires et avec des exemples;
– Le matériel de très bonne qualité dans son ensemble;
– La re jouabilité bien présente et très grande (on peut faire différent agencement de compagnies et de directeurs);
– L’ambiance compétitive et tendue;
– L’interaction présente selon l’endroit où l’on construit nos structures;
– La thématique immersive et unique qui fonctionne bien avec les mécaniques de jeu;
– La mécanique de jeu pas si difficile à comprendre, mais un bon défi à maîtriser;

– Le mode Automa permettant de jouer en solo ou d’ajouter des joueurs fictifs;
Le concept de la Roue de construction qui ne te fait pas dépenser des ressources, mais qui les rend indisponibles temporairement.

On aime moins :
– La mauvaise qualité de certains éléments de jeu comme les plateaux centraux et les couleurs fade;

– L’asymétrie des jetons compagnie des joueurs rendent la visibilité du plateau difficile (il arrive qu’on perde le fil puisqu’on ne sait pas quel bâtiment fait quoi sur le plateau central);
– Le temps d’attente qu’il peut y avoir entre le tour de joueurs qui doivent changer leur stratégie
et jouer à 4 joueurs puisque le temps d’une partie dépasse les 3 heures.


Il est à noter que :
– Ce jeu convient mieux à des joueurs aguerris et capable d’analyser plusieurs choses en même temps. En effet, Barrage pourrait se montrer intimidant pour des joueurs néophytes. De plus, la longueur des parties sera variable en fonction du nombre de joueurs et du type de joueur. Pour bien plonger et apprécier la baignade, il faut compter plusieurs parties pour bien maîtriser le jeu.

8.5/10

Merci à notre partenaire Îlo 307 de nous avoir offert
une copie du jeu pour cette chronique.

Nous vous invitons à découvrir d’autres jeux de ce distributeur
en lisant notre chronique sur le jeu Aquarena!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X