Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter), avis et chronique de jeu

Une infiltration dans le repaire de l’infâme Jabba le Hutt, ça vous parle? Devoir utiliser les compétences des héros de l’Alliance Rebelle et celles des résidents du palais pour battre vos adversaires vous tente? Alors vous êtes prêts à vivre l’expérience qu’offre Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter)

Star Wars: Le palais de Jabba (Love letter)
Auteurs: Justin Kemppainen et Todd Michtlisch;
Illustrateurs: Jasmine Radue et Samuel R. Shimota;
Éditeur: Z-Man;
Distributeur: Asmodee;
Nombre de joueurs: 2 à 6 joueurs;
Durée: 20 minutes;
À partir de: 10+;
Thématique: Univers Star Wars;
Mécaniques: Jeu de déduction, de gestion de main et d’élimination d’adversaires.

Montage Meeple Qc

C’est quoi le but?

Dans Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter), le but est d’être le premier joueur à accumuler suffisamment de pions Victoire pour être déclaré gagnant. Cela prendra entre 3 et 6 pions Victoire selon la quantité de joueurs présents.

Pion Victoire
Photo Meeple Qc

Comment on joue?

Dans un premier temps, il faut faire une courte mise en place qui consiste à mélanger les cartes, à en retirer une du paquet en la gardant secrète, puis à distribuer à chaque joueur une carte qu’il regardera discrètement. Il faudra aussi, en début de partie, sélectionner une mission qui déterminera ce qui permettra à un joueur de remporter chaque manche. Cette dernière ne sera pas modifiée en cours de partie.

Une fois cela fait, la première manche peut commencer. Chacun à son tour, les joueurs devront piger une carte et choisir une carte à jouer. Il leur faudra appliquer les effets de la carte et la déposer dans leur zone de jeu. Lorsqu’il ne reste plus de cartes ou qu’il ne reste qu’un seul joueur en lice, la manche prend fin.

Si un seul joueur a terminé la manche, il gagne automatiquement un pion Victoire. Si plusieurs joueurs se sont rendus à la fin de la manche, ils devront comparer la dernière carte de leur main. Celui dont le numéro est le plus élevé gagne la manche et le joueur obtient un pion Victoire.

Une fois la manche terminée, il faut recommencer la mise en place (à l’exception de la carte mission) et commencer une autre manche jusqu’à la fin de la partie.

Les trois derniers joueurs de la manche comparent leur dernière carte. Comme la carte mission indique que la plus haute valeur gagne, c’est Luke Skywalker qui gagne avec un score de 7.
Photo Meeple Qc

OK, et le jeu se termine quand?

Une partie de Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter) prend fin lorsqu’un des joueurs a accumulé suffisamment de pions Victoire. Une partie à deux joueurs nécessite 6 pions Victoire et la quantité nécessaire à la victoire décroît lorsque des joueurs s’ajoutent. Par exemple, une partie à 5 ou 6 joueurs ne nécessite que 3 pions.

Une fin de partie à 4 joueurs. Le joueur du haut a gagné 4 pions Victoire remportant de ce fait la partie.
Photo Meeple Qc

C’est tout?

Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter) est un jeu qui reprend la mécanique établie par le jeu de base Love Letter. Il fait donc partie d’une grande famille qui comprend plusieurs variations basées sur des thématiques diverses comme l’univers Marvel et Munchkin.

Ma collection personnelle des jeux reprenant la mécanique Love Letter. Il me manque celle de Marvel.
Photo Meeple Qc

Ce que j’en pense?

Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter) est un super jeu. La fan de Star Wars qui sommeille en moi a vraiment beaucoup apprécié de se replonger dans l’univers du Retour du Jedi. Jabba est un personnage fort de cet opus et il a marqué l’imaginaire de milliers de spectateurs. Il n’était pas banal comme seigneur criminel et sa manière de traiter les prisonniers était mémorable. C’est donc pourquoi il était aussi captivant pour moi de m’imaginer vivre un peu de cette aventure avec le jeu de cartes. J’aurais toutefois aimé que le livret de règles fasse une plus grande place à la mise en situation pour ceux qui ne sont pas tant des connaisseurs de l’univers Star Wars.

L’emballage donne d’emblée le ton, on y voit un Jabba bien portant au premier plan. Cela dit, ne soyez pas déçus, une fois l’emballage retiré, il vous restera un charmant petit sac même s’il n’est plus à l’image du seigneur Jabba. Est-ce que j’aime bien le sac? Oui. Est-ce que j’aurais préféré une boîte de carton pour ranger mes cartes? Absolument! Bien qu’il soit extrêmement portatif (et même doux au toucher!), j’aime sentir que mes cartes sont en totale sécurité. Et comme son magnifique format risque d’en faire un jeu de sacoche par excellence, je crains un peu pour l’usure.

Le sac après avoir retiré l’embllage
Photo Meeple Qc

Les illustrations sur les cartes de Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter) sont vraiment superbes. On reconnaît vraiment facilement nos héros favoris et leurs adversaires mémorables. Cela apporte un gros plus à l’immersion. Même si officiellement cela ne change rien au jeu, j’aime finir une partie avec Luke Skywalker, car j’ai toujours aimé le personnage. De même, je me suis facilement laissée prendre au jeu lorsqu’il fallait accumuler les cartes des alliés de Jabba lorsque la carte mission “La cour de Jabba” était en place. Essayer de jouer les vilains est généralement fort amusant.

Je me dois de prendre un moment pour souligner l’amélioration impressionnante de la qualité des pions Victoire entre le jeu de base et cette version. Moi qui m’attendais à des petits cubes en bois bien ordinaires, j’ai été plus que ravie de constater que les éditeurs avaient mis le paquet. On retrouve des jetons de plastiques agréables à manipuler, frappés à l’effigie du Palais de Jabba. Une petite merveille! Le reste du matériel est aussi de bonne qualité et les cartes se manipulent bien.

Les règles de Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter) sont extrêmement simples à comprendre et à appliquer. En prime, sur chaque carte, on retrouve un énoncé expliquant ce qui doit être effectué comme action.

Exemples de narratifs sur les cartes.
Photo Meeple Qc

Les exemples ci-hauts présentent deux actions similaires, mais qui font référence à deux groupes bien distincts. C’est d’ailleurs une des grandes différences entre le jeu de base et cette version. Dans Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter), on retrouve deux séries de personnages: les héros de l’Alliance Rebelle et les personnages du Palais. Ces deux groupes constituent l’ensemble des personnages avec lesquels on va jouer.

Les cartes des deux groupes rassemblées.
Montage photo Meeple Qc

Il est intéressant de constater que les forces des deux équipes sont bien balancées. Si Jabba est le personnage présentant le plus haut score, Han Solo, malgré sa cryogénisation(!) et son score de 0, trouve le moyen de se distinguer par le gain d’un pion de victoire en fin de manche, ce qui est non négligeable.

Cela m’amène à parler des cartes Mission. Au début de chaque partie, il faut choisir une carte Mission qui indiquera aux joueurs les consignes menant à la victoire d’une manche. Celle suggérée pour apprendre à jouer, Son excellence, propose le défi classique de Love Letter. La carte ayant le plus haut score en fin de manche gagne tout simplement. C’est simple, efficace, mais, malheureusement, cela rend le pouvoir de Boba Fett un peu… insignifiant. Ok, cela fait défiler la pile de cartes plus rapidement, mais c’est tout. Toutefois, lorsqu’on joue avec les autres cartes Mission, Boba Fett devient un personnage clé qu’on aime pouvoir jouer! Son score individuel étant assez fort et son pouvoir, encore plus, il est vraiment intéressant avec la Mission La cours de Jabba qui demande de calculer les personnages du Palais placés dans la zone de jeu. La mission Mission sauvetage met, de son côté, les personnages de l’Alliance Rebelle de l’avant et la mission Mon genre de racaille permet à deux joueurs de se distinguer au terme de chaque manche. Cette dernière est optimale pour des parties rapides!

La carte Mission Son Excellence
Photo Meeple Qc

La présence des cartes Mission a un merveilleux impact sur la rejouabilité de Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter). Cela permet de varier à chaque partie l’objectif de chacun et d’orienter ce qui sera mis de l’avant. Cela a aussi un grand impact sur le niveau de complexité. La mission Son excellence est parfaite pour initier des non-joueurs.

J’ai tenté le coup avec une amie totalement néophyte et, avec la rapidité des manches, cela a eu un impact très positif sur sa courbe d’apprentissage. C’est vraiment un jeu hyper accessible! Si le premier tour de la première manche peut être un peu plus intimidant parce qu’on ne connaît pas les rôles de chaque personnage, il devient rapidement très facile de s’y retrouver. L’amie en question a d’ailleurs réussi un combo vraiment impressionnant lors de la troisième manche, mettant en boite un autre joueur alors qu’elle semblait partie pour perdre.

La mécanique mise en place dans ce jeu est vraiment très efficace. Elle ouvre la porte à des déductions, à des échanges, à l’utilisation judicieuse de renseignements, etc. Le fait qu’une certaine dose de hasard vienne structurer le tout rend les parties bien équilibrées. De plus, les différentes actions des personnages permettent une agréable dose d’interaction. On doit interagir les uns avec les autres à tous les tours, pour le pire et le meilleur. Le côté compétition est aussi bien dosé. On se fait des coups bas, on tente de prendre le dessus, mais sans savoir ce que le hasard va nous donner comme main. Il faut donc user de subtilité et ne pas trop s’acharner sur un adversaire, car avec les manches nombreuses, cela risque de se retourner contre nous.

La thématique utilisée ici est vraiment rassembleuse et la division des personnages permet à tous les joueurs d’y trouver leur compte. Que voulez-vous, Star Wars, c’est toujours gagnant! On aime la force des héros et la malveillance des méchants. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi immersif. Les missions nous permettent vraiment de tenter de prendre position et j’adore ça.

J’ai aussi bien aimé la présence des aides de jeu. Ces dernières présentent non seulement les valeurs et les pouvoirs de chaque personnage, mais elles indiquent aussi combien de chaque carte est présente dans le paquet. Il est donc très utile de les consulter pour savoir à quoi s’en tenir lorsqu’on doit tenter de deviner la main d’un adversaire.

Les aides-mémoire
Photo Meeple Qc

Si j’avais une critique à poser, je dirais que je trouve les parties à plus de 5 joueurs un peu plus longues. Est-ce parce que j’ai tant joué à la première version et que j’ai des attentes préétablies? Peut-être! Mais il n’en demeure pas moins que, bien qu’il soit agréable de pouvoir jouer avec davantage de gens, je préfère la configuration à 4. L’option à trois joueurs fait bien l’affaire aussi, mais j’aime moins y jouer en duo. Que je suis difficile!

Malgré cela, je dois dire que Star Wars: Le palais de Jabba (Love Letter) est un jeu que j’adore et qui n’est jamais bien loin quand j’ai envie d’un bon petit jeu simple, hautement efficace et terriblement agréable. C’est un jeu parfait à tout moment et pratiquement partout compte tenu du peu d’espace nécessaire pour y jouer.

Bref, si vous aimez les jeux de cartes rapides, dynamiques et qui mettent de l’avant l’univers Star Wars, alors Star Wars: Le palais de Jabba
(Love Letter) est pour vous!

Montage Meeple Qc

On aime :
– Le look de l’emballage et les illustrations magnifiques;
– Les règles du jeu simples à expliquer et à appliquer;
– Le matériel d’une belle qualité, particulièrement les pions Victoire;
– La re jouabilité qui sera excellente;
– L’ambiance à la fois sympathique et compétitive;
– Le fait qu’il s’agit d’un jeu accessible à tous (intergénérationnels);
– Le fait que l’interaction est nécessaire;
– La thématique Star wars: Le retour du Jedi;
– La mécanique hautement efficace;
Le fait que le jeu est fluide, qu’il se joue bien.

Montage Meeple Qc

On aime moins :
– Le sachet de velours comme rangement;

– Le pouvoir du personnage de Boba Fett avec la mission “Son excellence”;
– Les parties à 6 joueurs qui s’allongent
.

On aurait aimé:
– Une mise en situation plus étoffée dans le livret de règles.


Il est à noter que si :
– Vous êtes une personne allergique au hasard, alors vous pourriez ne pas aimer ce jeu.

8.5/10

Jabba le Hutt
Photo Meeple Qc

Merci à notre partenaire Asmodee de nous avoir offert
une copie du jeu pour cette chronique.

Photo de l’éditeur

Nous vous invitons à découvrir d’autres jeux de ce distributeur
en lisant notre chronique sur le jeu Love Letter Marvel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X